"Non je ne suis pas Donald Trump" : des comptes parodiques simulent le retour sur Twitter du président sortant sous un pseudonyme

Après la suspension pour une durée indéterminée du compte Twitter de Donald Trump, les utilisateurs du réseau social inventent des comptes simulant le retour du président sortant sous des pseudonymes.

L’un de ces comptes a rapidement rencontré le succès avec 250.000 followers en à peine une nuit, créé dans la foulée de la suspension du compte personnel du président ainsi que la suppression des tweets du compte officiel (très peu utilisé). Et notamment un premier tweet qui rassemble pas loin de 1,3 million de likes.

C’est sous le nom de "John Barron", une référence au pseudonyme (presque devenu un alias) que Donald Trump s’était donné dans les années 1980. Ce nom servait à se présenter comme vice-président de l’entreprise Trump, pour communiquer avec des journalistes ou encore faire des demandes commerciales au nom de monsieur Trump. Au compte Twitter présenté ici est également ajouté l’année 1946, année de naissance du 45ème président des Etats-Unis.

Le compte parodique de @barronjohn1946 enfonce le clou en précisant qu’il est n’est pas localisé à la Maison Blanche et qu’il n’est "pas Donald Trump". Mais afin d’enlever toute suspicion d’un vrai retour via ce compte, son auteur s’est identifié en bio. Il s’agit du scénariste américain Krister Johnson.


►►► À lire aussi : Fin de mandat chaotique pour Donald Trump


Pour rappel, le républicain n’a pas cessé de contester la validité de l’élection présidentielle, enfreignant donc les règles des principales plateformes sur le respect des processus démocratiques. Twitter avait ensuite suspendu son compte pendant douze heures avant de le réactiver jeudi, à la surprise générale, le président étant tenu en bonne partie responsable des violences de mercredi, qui ont choqué le pays et à l’étranger. Finalement, le réseau social au petit oiseau bleu a décidé de bannir définitivement le 45e président des Etats-Unis.  

Extrait du JT du 9 janvier 2021 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK