Nigeria: un immeuble s'effondre à Lagos, faisant craindre plusieurs victimes

Un immeuble de trois étages s'est effondré mercredi à Lagos Island, un quartier densément peuplé de la capitale économique nigériane, faisant craindre de nombreuses victimes, selon plusieurs médias locaux.

La chaîne privée Channels a notamment diffusé en fin de matinée des images montrant une immense foule de badauds rassemblée devant des décombres, affirmant qu'"un immeuble de trois étages s'est effondré à Itafaji, sur Lagos Island".

"Apparemment le dernier étage de l'immeuble abritait une école primaire, laissant craindre que des élèves aient été tués ou pris au piège", a ajouté Channels, précisant qu'il s'agit d'un immeuble résidentiel.

Au moins 10 enfants seraient pris au piège dans leur école primaire située au dernier étage d'un immeuble qui s'est effondré mercredi matin dans un quartier populaire de Lagos, au Nigeria, a-t-on appris auprès d'un sauveteur sur place.

Derin, un jeune ayant participé aux opérations de sauvetage sur le toit de l'immeuble de quatre étages, a affirmé à l'AFP qu'"au moins 10 enfants" étaient piégés dans les décombres, "apparemment en vie". Il était encore difficile dans l'immédiat d'établir un bilan des victimes, une grande confusion régnant sur les lieux de l'accident.

Des effondrements meurtriers de bâtiments se produisent fréquemment au Nigeria, où les règles de construction sont régulièrement bafouées.

L'accident le plus médiatisé s'est produit en septembre 2014, lorsque 116 personnes, dont 84 Sud-Africains, ont été tuées à Lagos après l'effondrement d'un bâtiment de six étages dans lequel un célèbre télévangéliste, Joshua TB, prêchait.

L'enquête a conclu à des défaillances structurelles du bâtiment dont la construction était illégale.

En décembre 2016, au moins 60 personnes ont été tuées par l'effondrement du toit d'une église à Uyo, la capitale de l'État d'Akwa Ibom, dans l'est du pays.

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK