Nigeria: quatre étudiants, accusés de vol, battus et brûlés par une foule

Le foyer universitaire où déjà une quarantaine de personnes y ont perdu la vie il y a 6 jours
Le foyer universitaire où déjà une quarantaine de personnes y ont perdu la vie il y a 6 jours - © PIUS UTOMI EKPEI - AFP

Vendredi dernier, quatre étudiants de l'université de Port Harcourt, dans le sud du Nigeria, se sont fait lyncher par une foule en colère. Accusés d'avoir volé des GSM et des ordinateurs portables, ils ont été battus à mort avant d'être brûlés. Des faits qui ont été filmés et postés sur internet. Un acte de barbarie aujourd'hui dénoncé. Treize personnes ont déjà été arrêtées.

Dans cette vidéo d'une extrême violence, on y voit les quatre étudiants nus, avec autour du cou un pneu, entourés d'une foule. Couchés dans la boue, et alors qu'ils semblent déjà à l'agonie, on les voit recevoir de gros coups de bâtons avant d'être brûlés vifs.

Des images insupportables qui ont choqué, beaucoup de Nigérians condamnant cet acte barbare. Depuis, une véritable chasse à l'homme a été lancée pour retrouver les coupables. La police a pris d'assaut, dimanche matin, la communauté des Aluu, communauté locale où se sont déroulés ces meurtres. Treize suspects y ont été arrêtés dont le chef traditionnel. De son côté, l'université a déclaré sept jours de deuil.

Les témoignages, eux, sont contradictoires : si certains déclarent que ces quatre étudiants faisaient partie d'une secte et qu'ils terrorisaient la communauté depuis longtemps, les amis des victimes affirment qu'ils étaient innocents et qu'il y a eu erreur sur les personnes.

En attendant d'en savoir plus, les réactions sont nombreuses sur les réseaux sociaux, certains s'interrogeant sur ce qui se passe au Nigeria : "Avons-nous perdu notre sens de l'humanité", s'interroge ainsi un internaute dénonçant "une justice de sauvage".

Dans ce pays, la population n'a plus confiance en la police et les gens y sont amenés à se faire justice eux-mêmes. Il y a une semaine déjà, une quarantaine de personnes avaient été abattues ou retrouvées la gorge tranchée dans un foyer universitaire du nord-est du Nigeria.

 

C. Biourge

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK