Nigeria : au moins 13 morts dans de nouvelles violences dans le nord-ouest du pays

Nigeria : au moins 13 morts dans de nouvelles violences dans le nord-ouest du pays
Nigeria : au moins 13 morts dans de nouvelles violences dans le nord-ouest du pays - © PIUS UTOMI EKPEI - AFP

Au moins 13 personnes ont été tuées dans de nouveaux affrontements entre villageois et "bandits", ces groupes qui terrorisent l’ouest du Nigeria, a rapporté samedi la police locale.

Des voleurs de bétails ont pris d’assaut vendredi soir plusieurs villages de l’État de Katsina (nord ouest), et les habitants, organisés en milices civiles ont répondu à l’attaque.

"13 personnes ont été tuées, et plusieurs blessés", selon le bilan officiel de la police. "On ne cesse de mettre en garde les villageois, armés de vieux mousquets et de machettes, d’éviter de se confronter aux + bandits + qui arrivent dans les villages avec des kalachnikovs", a ajouté le porte-parole de la police pour l’État de Katsina, Gambo Isah.

Le nord-ouest du Nigeria est au cœur de violences de plus en plus importantes, menées par des groupes armés, appelés communément les "bandits" dans cette région, qui terrorisent les populations, volent le bétail et commettent des enlèvements contre rançon.


►►► À lire aussi : Nigeria : entre l’EI, Al Qaïda et Boko Haram, l’influence terroriste gagne du terrain


L’armée nigériane lance régulièrement des opérations militaires aériennes mais la région reste un trou noir sécuritaire et les populations, souvent encouragées par les pouvoirs politiques locaux, ont dû s’organiser en milices pour se défendre.

Cette semaine, près de 100 villageois ont été massacrés, la plupart par balles, dans l’État voisin de Sokoto, à la frontière avec le Niger.

Cette région du Nigeria, pays de 200 millions d’habitants déjà en proie à de nombreux conflits sur son territoire, connaît une escalade très inquiétante des violences, qui ont fait 8000 morts depuis 2011 et plus de 200.000 déplacés.

Les "bandits" n’agissaient jusqu’à présent sous aucune influence idéologique, mais International Crisis Group (ICG), et divers observateurs en sécurité s’inquiètent que le nord-ouest du Nigeria puisse devenir une "passerelle" entre les différents mouvements djihadistes du Sahel et de la région du lac Tchad, à l’est du Nigeria, où sévit Boko Haram.