Nicolas Sarkozy utilise deux avions long-courriers pour faire Paris-Bruxelles

Nicolas Sarkozy sortant de son avion en janvier dernier
Nicolas Sarkozy sortant de son avion en janvier dernier - © Archive EPA

Comme le 4 février dernier et en dépit des critiques, le président français Nicolas Sarkozy est venu participer, de Paris, au double sommet européen de vendredi à Bruxelles avec deux avions long-courriers: un Airbus A330 et un Falcon 7X, l'avion d'affaires haut de gamme de l'avionneur national Dassault.

Ces deux avions, à la dérive tricolore, étaient parqués vendredi soir près du terminal d'aviation générale de l'aéroport de Zaventem, a constaté l'agence Belga.

L'Airbus A330-223, un biréacteur racheté d'occasion par le ministère de la Défense et parfois baptisé "Air Sarko One", est dédié aux voyages présidentiels. Il a été inauguré en novembre dernier lors du sommet du G8 en Corée du sud. Cet avion long-courrier - il a effectué le vol vers Séoul sans escale - a été équipé spécialement pour le chef de l'Etat français, avec une chambre, un bureau, une salle de réunion, ainsi qu'une soixantaine de places pour les collaborateurs. Cet appareil, qui répond à l'indicatif "Cotam 01", est toutefois moins gros que son homologue américain, le Boeing 747 baptisé "Air Force One" des locataires de la Maison Blanche.

Mais un second appareil, un luxueux avion d'affaires Falcon 7X au rayon d'action de 11.000 km, a lui aussi fait le déplacement de Paris à Bruxelles, deux villes séparées seulement par 300 km. Ces deux avions avaient déjà été mobilisés par l'Elysée lors du sommet européen du 4 février dernier. Ce qui avait valu à Nicolas Sarkozy des critiques de la presse et des reproches du député René Dosière (apparenté socialiste et grand spécialiste du budget de l'Elysée), qui s'était étonné que le président ait préféré l'avion au train pour une si courte distance.

Champion des émetteurs de CO2

Selon le magazine 'Terra Eco' de novembre dernier, Nicolas Sarkozy figurait en sixième place du classement des plus grands émetteurs de CO2 parmi les grands de ce monde, avec 2900 tonnes équivalent CO2 émises depuis le début de l'année. "S'il avait voyagé avec 'Air Sarko One' dès cette année (2010), il aurait multiplié par 2,5 ses émissions de CO2. Ce qui l'aurait ramené en deuxième position de ce classement", ajoutait le mensuel.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK