Nicolas Sarkozy: "Les grands leaders du monde sont issus de pays qui ne sont pas de grandes démocraties"

Nicolas Sarkozy livre un discours en faveur des leaders à la tête d'un pays
2 images
Nicolas Sarkozy livre un discours en faveur des leaders à la tête d'un pays - © STRINGER - AFP

Lors du forum "Ideas Week-End" à Abou Dhabi, Nicolas Sarkozy a délivré un discours déconcertant, relate Le Monde. Lors de ce forum, à mi-chemin entre le festival et les conférences sur les plus grandes innovations et idées à travers le monde, l'ancien président français a exprimé son opinion sur le monde, jugeant que "les démocraties détruisent tous les leaderships".

"Quels sont les grands leaders aujourd'hui ?", s'est-il interrogé, "Le président Xi, le président Poutine, le Grand Prince Mohammed Ben Salman [d'Arabie Saoudite]. Et que seraient aujourd'hui les Émirats sans le leadership de MBZ [Mohammed Ben Zayed] ?"

Nicolas Sarkozy a poursuivi en expliquant, selon lui, le problème des démocraties : "C’est que les démocraties ont pu devenir des démocraties avec de grands leaders : de Gaulle, Churchill… Mais les démocraties détruisent tous les leaderships. Comment peut-on avoir une vision à dix, quinze ou vingt ans, et en même temps avoir un rythme électoral aux États-Unis tous les quatre ans ? C’est ce qui fait que, aujourd'hui, les grands leaders du monde sont issus de pays qui ne sont pas de grandes démocraties".

Dix ans, c'est pas assez

"Le président Xi considère que deux mandats de cinq ans, dix ans, c’est pas assez. Il a raison ! Le mandat du président américain, en vérité c’est pas quatre ans, c’est deux ans : un an pour apprendre le job, un an pour préparer la réélection [...] Vous croyez qu’on construit un pays comme ça, en deux ans ? Ici, en cinquante ans, vous avez construit un des pays les plus modernes qui soient. La réussite du modèle émirien est sans doute l’exemple le plus important pour nous, pour l’ensemble du monde".

Faisant référence à l'accord pour un Louvre à Abou Dhabi, il ajoute "MBZ est toujours là, et moi ça fait six ans que je suis parti".

Selon l'ancien chef de l'État français, il est impératif de traiter avec la Russie. "Y a-t-il un risque que la Russie envahisse d’autres pays ?", Nicolas Sarkozy n'y croit pas. Il argue qu'on n'a jamais vu un pays qui n'occupe pas la totalité de sa surface en envahir un autre. Concernant l'Ukraine, il pense que "l’affaire n’a pas été bien gérée depuis le début et qu’il y avait moyen de faire mieux. Poutine est un homme prévisible, avec qui on peut parler et qui respecte la force".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK