Nicolas Sarkozy dénonce les accusations portées contre lui

RTBF
RTBF - © RTBF

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé lundi son soutien à son ministre du Travail Eric Woerth, affaibli par un scandale politico-fiscal, et promis d'agir contre les conflits d'intérêt, en partie à l'origine de cette affaire.

"Eric Woerth est un homme honnête et compétent, qui a toute ma confiance et toute celle du Premier ministre (François Fillon)", a-t-il déclaré sur la chaîne France 2, lors de sa première intervention publique sur ces affaires qui déstabilisent son gouvernement.

"Il sera le ministre qui défendra cette réforme si nécessaire des retraites", texte phare de la deuxième partie de son mandat, a précisé le président français. Cette réforme sera présentée mardi en Conseil des ministres, et doit être votée par le Parlement d'ici fin octobre.

Il a ajouté qu'il souhaitait voir le ministre du Travail se consacrer désormais "exclusivement" à cette réforme. "Mon conseil serait plutôt qu'il n'exerce plus ces fonctions" de trésorier de l'UMP, qui lui ont notamment valu d'être soupçonné de conflit d'intérêt, a précisé Nicolas Sarkozy.

Eric Woerth a été accusé de conflits d'intérêts, notamment en matière fiscale, et de financement politique illégal, dans des affaires aux multiples volets impliquant la femme la plus riche de France Liliane Bettencourt, héritière du groupe L'Oréal.

L'inspection général des finances (IGF) a cependant rendu dimanche midi un rapport qui établit que le ministre du Travail et ancien ministre du Budget, Eric Woerth, n'est pas intervenu dans le dossier fiscal de Liliane Bettencourt, l'héritière L'Oréal.

Pour agir "à l'avenir" contre les conflits d'intérêts, Nicolas Sarkozy va mettre en place une commission réunissant toutes les familles politiques afin d'élaborer des propositions, a-t-il dit.

Des écoutes téléphoniques, sorties dans les médias, réalisées chez Liliane Bettencourt ont mis au jour des opérations pour échapper au fisc, mais aussi des immixtions de l'Elysée dans la procédure judiciaire et des liens troubles entre la milliardaire et le couple Woerth.

Salariée depuis 2007 de la société qui gère la fortune Bettencourt, l'épouse du ministre du Travail, Florence Woerth, a annoncé qu'elle allait en démissionner.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs affirmé que c'était "une honte" de l'avoir accusé d'avoir "ramassé des enveloppes" d'argent chez Liliane Bettencourt, comme cela avait été suggéré par l'ancienne comptable de cette dernière. Ces faits allégués auraient eu lieu avant l'accession de Nicolas Sarkozy à la présidence.

La semaine dernière, l'ancienne comptable de Liliane Bettencourt avait affirmé que le ministre du Travail, Eric Woerth, a reçu en tant que trésorier du parti UMP la somme de 150 000 euros en liquide pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy au printemps 2007, dans une interview sur le site d'informations Mediapart.

Claire Thibout a été au service de l'héritière de l'Oréal pendant 12 ans et a quitté son service en novembre 2008. Elle disposait d'un accréditif pour retirer en liquide 50 000 euros par semaine à la banque.

 

J.C., avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Matin Première
en direct

La Première Bxl

Matin Première