Nicaragua: 14 morts dans une incursion de forces pro-Ortega dans le sud-ouest, selon une ONG

Nicaragua: trois morts dans une incursion de forces pro-Ortega dans le sud-ouest, selon une ONG
Nicaragua: trois morts dans une incursion de forces pro-Ortega dans le sud-ouest, selon une ONG - © INTI OCON - AFP

Au moins quatorze personnes ont été tuées dimanche dans le sud-ouest du Nicaragua lors d'affrontements entre des forces gouvernementales et des opposants au président Daniel Ortega, a annoncé une association de défense des droits de l'Homme.

Des forces anti-émeutes et des paramilitaires ont mené une incursion dans deux villes, Diriamba et Jinotepe, pour démanteler des barrages érigés par des opposants. "Il y a au moins quatorze morts, mais cela pourrait être plus. Ce nombre inclut au moins un membre des forces anti-émeutes, un paramilitaire et deux policiers", a déclaré à l'AFP Vilma Nunez, présidente du Centre nicaraguayen des droits de l'Homme (Cenidh).

Des vidéos filmées par des habitants et diffusées sur les réseaux sociaux montrent des hommes en tenue civile, avec des capuches noires, et fortement armés patrouiller les rues des deux localités.

Des évêques catholiques ont demandé aux habitants de se mettre à l'abri et ont réclamé que cesse cette violence, qui a déjà fait plus de 230 morts en trois mois de manifestations contre le président Daniel Ortega.

"Dès six heures du matin, une armée de policiers anti-émeutes et de paramilitaires (...) ont encerclé le département de Carazo", où se trouvent les deux localités visées, a expliqué à la presse Juan de Dios, vicaire de Carazo.

"La situation est grave", a affirmé le secrétaire exécutif de l'Association nicaraguayenne pour les droits de l'Homme, Alvaro Leiva, qui a dénoncé une "répression disproportionnée" de la part des forces pro-Ortega.

Ces derniers jours, des hommes habillés en civil, encagoulés et lourdement armés, patrouillent avec des policiers anti-émeutes dans plusieurs villes, détruisant les barricades érigées par les manifestants.

Les groupes de défense des droits de l'Homme leur attribuent la plus grande part de la violence qui secoue le pays depuis bientôt trois mois.

Le président Ortega est confronté à une vague de manifestations réclamant son départ. Il a toutefois exclu samedi d'avancer la date des élections comme le réclament ses opposants.

Manifestation pro-Ortega dans les rues de Managua ce 08 juillet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK