Nicaragua: des dizaines de prisonniers libérés, mais pas Amaya Coppens

Manifestation à Bruxelles pour la libération d'Amaya Coppens
Manifestation à Bruxelles pour la libération d'Amaya Coppens - © EMMANUEL DUNAND - AFP

La justice a ordonné mercredi la libération de dizaines d'opposants emprisonnés au Nicaragua pour avoir participé aux manifestations contre le président Daniel Ortega, au moment où des négociations reprennent entre l'opposition et le gouvernement, a annoncé une ONG. Un avocat de la défense des protestants emprisonnés a révélé être informé du fait qu'aucun des dirigeants de la manifestation ne serait libéré, y compris Medardo Mairena, Edwin Carcache et Amaya Coppens, affirme cependant le comité de soutien de cette dernière. Amaya Coppens est une étudiante belgo-nicaraguayenne de 24 ans emprisonnée depuis le 10 septembre dernier.

"On parle d'une centaine de personnes libérées", a indiqué à l'AFP Marcos Carmona, le président de la Commission permanente des droits de l'Homme (CPDH), une ONG de défense des droits humains. Mais le nombre exact, les identités et les modalités de ces libérations ne sont pas précisés, a-t-il souligné.

Aucune information n'a été donnée de source officielle sur ces libérations.

"Nous avons constaté que deux minibus sont sortis" de la prison de La Modelo, à 20 km à l'est de Managua, "et que certains prisonniers connus étaient à bord, mais nous ne savons pas où ils sont emmenés", a ajouté M. Carmona.

La crise politique, qui a commencé le 18 avril 2018 par des manifestations contre le gouvernement, a fait plus de 325 morts, pour la plupart dans les rangs de l'opposition, selon les organisations de défense des droits de l'homme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK