Dominique Strauss-Kahn demande le classement de la plainte au civil

Dominique Strauss-Kahn, le 8 septembre 2011 à Paris.
Dominique Strauss-Kahn, le 8 septembre 2011 à Paris. - © Michel Gangne (AFP)

L'avocat de Dominique Strauss-Kahn a demandé lundi le classement de la plainte au civil déposée à New York par Nafissatou Diallo, la femme de chambre guinéenne qui accuse l'ancien patron du FMI d'agression sexuelle.

L'avocat a fait valoir que Dominique Strauss-Kahn bénéficiait, en tant que directeur général du Fonds monétaire international d'une "totale immunité" judiciaire concernant une procédure civile, lorsque la plainte de Nafissatou Diallo a été déposée le 8 août.

Cette immunité civile, a précisé William Taylor dans un document de 25 pages obtenu par l'AFP, était valable "non seulement lorsqu'il était patron du FMI", mais également après sa démission en mai, "durant la période où il a dû rester aux Etats-Unis dans le cadre de la procédure pénale".

Cette "immunité absolue", a précisé l'avocat, a persisté jusqu'à ce qu'il puisse quitter les Etats-Unis", soit après le dépôt de la plainte au civil.

La plainte au civil a été déposée le 8 août dans le quartier du Bronx, où Nafissatou Diallo est domiciliée, et Dominique Strauss-Kahn a pu quitter les Etats-Unis après l'abandon de toutes les poursuites dans la procédure pénale le 23 août.

Le juge Douglas McKeon va devoir maintenant se prononcer sur cette demande à laquelle s'attendaient les experts.

Les avocats de DSK devaient répondre au plus tard ce 26 septembre à la plainte au civil déposée par Nafissatou Diallo.

Le juge McKeon leur avait accordé, à leur demande, 18 jours de plus par rapport à la date initiale du 8 septembre, en expliquant que lorsque la plainte au civil avait été déposée, l'ancien patron du FMI"faisait l'objet d'une procédure pénale et se concentrait logiquement"sur cette procédure.

La procédure pénale a été abandonnée en raison notamment de doutes sur la crédibilité de Nafissatou Diallo. La procédure civile suit son cours, les deux étant complètement indépendantes.

Elle prendra des années, a précisé lundi à l'AFP David Rankin, un avocat spécialiste des affaires civiles, qui travaille parfois dans le Bronx.

Dans la plainte au civil, les avocats de Nafissatou Diallo demandent des dommages et intérêts d'un montant non précisé, pour l'agression "sadique et violente" de la femme de chambre dans la suite du Sofitel de New York occupée par Dominique Strauss-Kahn le 14 mai.

L'agression y est racontée en détail.

Dominique Strauss-Kahn, lors d'une interview télévisée en France, a affirmé le 18 septembre qu'il n'avait"pas l'intention de négocier" avec son accusatrice, comme c'est le cas dans la plupart des procédures civiles aux Etats-Unis.

Les avocats de Nafissatou Diallo parlent de tentative désespérée

Les avocats de Nafissatou Diallo ont qualifié lundi de "tentative désespérée" la demande de Dominique Strauss-Kahn pour que soit classée la plainte au civil déposée à New York par la femme de chambre guinéenne l'accusant d'agression sexuelle.

Kenneth Thomspson et Douglas Wigdor ont précisé dans un communiqué que DSK ne pouvait pas se prévaloir, comme il l'a fait lundi, d'une quelconque immunité.

"Comme son coup publicitaire la semaine dernière, lorsqu'il a été interviewé par une amie de sa femme, cette demande sans fondement est une tentative désespérée pour éviter d'avoir à répondre des actes déplorables qu'il a commis contre Mme Diallo", ont estimé les avocats.

L'argument selon lequel "il bénéficiait d'une immunité diplomatique" en matière civile "va clairement échouer, car il n'est pas diplomate. Il était à New York pour des raisons personnelles, comme il l'a dit lui-même. Il a lui-même payé sa chambre au Sofitel, et il agissait évidemment pour lui-même quand il a attaqué sauvagement Mme Diallo", ont poursuivi les avocats.

AFP et Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK