New York célèbre ses premiers mariages gays

Un mariage ce dimanche, à Brooklyn
Un mariage ce dimanche, à Brooklyn - © Belga / AFP

Les premiers mariages homosexuels ont été célébrés dimanche dans l’Etat de New York. Depuis le 24 juin, il est devenu le plus grand Etat américain à autoriser le mariage gay. 823 couples se sont unis sur la seule journée de dimanche.

C’est un nouveau record : 823 cérémonies étaient prévues en une seule journée, dimanche, pour l’entrée en vigueur de la loi autorisant les mariages entre personnes du même sexe dans l’Etat de New York. Un processus qui prend sa source il y a 7 ans, en 2004.

A l’époque, Daniel Hernandez (53 ans) et Nevin Cohen (48 ans) sont en couple depuis 6 ans. Ils veulent se marier, coûte de coûte. Impossible, leur répond-on. Alors ils attaquent l’Etat de New York pour faire approuver leur mariage. Ils perdent en appel en 2006 mais ouvrent la voie sans le savoir à la légalisation du mariage gay dans leur Etat.

Les deux habitants de Manhattan ont été parmi les premiers à s’unir, dimanche. "Aujourd'hui, notre certificat de mariage, notre mariage, signifie que New York nous reconnaît légalement en tant que personnes et en tant que couple", se réjouit Daniel Hernandez, en brandissant à sortie du bureau de l'état-civil la précieuse attestation de son mariage.

"Vous avez attendu un bout de temps, non?" leur a lancé Alisa Fuentes, l'officier d'état-civil, en les accueillant à la cérémonie. Après l'échange des consentements, les deux hommes se sont embrassés sous les applaudissements de leurs amis quand ils ont été déclarés "mariés".

Mariée en déambulateur

Plus tôt dans la journée, la première union à été celle de Phyllis Siegel et de Connie Kopelov, deux vieilles dames aux cheveux blancs. L’une d’elle se déplaçait même à l’aide d’un déambulateur.

Les bureaux ont ouvert à 8h30, alors que des centaines de couples faisaient déjà la queue depuis des heures, sous le lourd soleil new yorkais. "Nous sommes arrivées à 4H30 du matin", expliquait Yolanda Potasinski, cadre d'entreprise de 55 ans, qui occupait la tête de la file en compagnie de sa future épouse, Nancy Mertzel, une avocate âgée de 48 ans.

Dans la file, beaucoup de fiancés s'étaient mis sur leur trente-et-un, quelques-uns ayant opté pour des couleurs criardes, sous des ombrelles multicolores destinées à se protéger du soleil.

Devant l'afflux des demandes, la mairie de New York avait annoncé mardi 19 juillet qu’une loterie pour sélectionner les couples autorisés à se marier serait organisée. Mais elle y a finalement renoncé, de nombreux couples ayant eux-mêmes choisi d’autres dates.

Les chutes du Niagara à l’honneur

Ailleurs dans l'Etat, des mariages ont été célébrés dès minuit, à l'heure de l'entrée en vigueur de la loi. Dans la ville de Niagara Falls, Kitty Lambert et sa compagne Cheryle Rudd se sont dit oui devant les chutes du Niagara. "Nous n'avons pas fait ça à nous deux toutes seules, a déclaré Kitty Lambert au quotidien local Buffalo News. Chacun a joué un rôle pour obtenir cette loi".

Haut lieu des lunes de miel dans l'imaginaire collectif américain, les chutes étaient pour l’occasion illuminées aux couleurs de l'arc-en-ciel, symbole de la communauté gay.

"Mariage gay : mauvaise idée"

Evidemment, la loi du 24 juin ne fait pas l’unanimité. Une longue polémique a été alimentée par les opposants au mariage homosexuel qui n'avaient pas renoncé dimanche à faire entendre leur voix. Une dizaine d'entre eux ont manifesté brièvement devant le bureau de l'état-civil, séparés de la file des fiancés par des barrières métalliques et de nombreux policiers.

"Mariage gay: mauvaise idée", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un militant juif orthodoxe. Ignorant la polémique, le maire de la ville, Michael Bloomberg, devait lui-même marier deux de ses collaborateurs dans sa résidence officielle.

En juin 1969, New York était devenu le théâtre d'émeutes contre le harcèlement des homosexuels après une descente de police dans un bar de Greenwich Village, le quartier symbole de la contre-culture des années 60. Ces émeutes sont considérées comme le point de départ du mouvement de libération des homosexuels et l'origine des défilés annuels des fiertés homosexuelles dans le monde.

La célébration de ces premiers mariages homosexuels dans l'Etat de New York, deux jours après le feu vert à l'abrogation du tabou gay dans l'armée américaine, marque une nouvelle avancée des droits des homosexuels. C’est d’ailleurs le 6e Etat à autoriser le mariage gay, qui n’est pas reconnu par l’Etat fédéral.

Dans le reste du monde, selon Amnesty International, l’homosexualité reste interdite dans 76 pays.

J. Antoine avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK