Jérusalem-Est sous tension, affrontements dans un camp de réfugiés

Nouvelles violences Jérusalem-Est, affrontements dans un camp de réfugiés
2 images
Nouvelles violences Jérusalem-Est, affrontements dans un camp de réfugiés - © THOMAS COEX - BELGAIMAGE

A Jérusalem-Est, la situation empire de jour en jour. De nouveaux affrontements ont opposé ce vendredi des manifestants palestiniens et des forces de sécurité israéliennes. Le lieu central des tensions : ce sont les lieux de culte sur l'esplanade des Mosquées. Ce vendredi des dizaines d'extrémistes juifs voulaient accéder à l'Esplanade, un lieu saint pour les Musulmans qui se sentent provoqués.

Plus de 1300 policiers ont été déployés en prévision de la prière à Jérusalem-Est et dans sa Vieille ville, au pied de l'esplanade des Mosquées qui cristallise les tensions actuelles, a indiqué une porte-parole de la police. La Vieille ville et ses alentours sont restés calmes. C'est plus au nord que les violences ont repris après la prière.

Des centaines de Palestiniens du camp de réfugiés de Chouafat ont à nouveau lancé pierres et cocktails Molotov sur les policiers qui ont répliqué par des projectiles en caoutchouc, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes à un point de passage proche du mur de séparation supposé protéger Israël d'attaques venues de Cisjordanie.

Le camp de Chouafat, dans lequel s'entasse une population pauvre séparée de Jérusalem-Est par le mur, est l'un des secteurs les plus touchés par les violences qui secouent depuis l'été Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville annexée et occupée par Israël, et qui se sont encore intensifiées ces dernières semaines.

Elles ont fait un dixième mort vendredi. Un homme percuté mercredi par un Palestinien au volant d'une voiture bélier a succombé à l'hôpital.

En cause : le statut de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. Des juifs extrémistes réclament le droit de prier sur l'esplanade, troisième lieu saint de l'Islam. Ces juifs considèrent le site comme les ruines d’un temple détruit en l’an 70 par les Romains, et les plus extrémistes voudraient reconstruire ce temple.

Une véritable provocation pour les palestiniens. Pour l’instant aucun signe d’apaisement au point que certains craignent une troisième intifada.

De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est une nouvelle fois montré ferme et a ordonné jeudi soir la démolition des maisons d'auteurs d'attaques "terroristes" à Jérusalem-Est, a indiqué un responsable israélien sous le couvert de l'anonymat.

Cette décision, soumise à l'approbation du ministère de la Justice, a été prise jeudi soir lors de consultations du Premier ministre avec des responsables de la sécurité, a précisé la même source. Elle ne s'applique pas aux logements des auteurs des trois attaques des deux dernières semaines : deux attaques à la voiture bélier qui ont fait quatre morts et la tentative d'assassinat d'une figure de l'extrême droite juive réclamant le droit de prier sur l'esplanade des mosquées, a indiqué ce responsable. Les auteurs palestiniens de ces faits ont tous été abattus.

 

RTBF avec Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK