Musculation de Pekin après la mort d'un Chinois à Paris

Dimanche soir, la police est appelée en intervention dans un immeuble du 19ème arrondissement de Paris. Un Chinois de 56 ans, domicilié à cet endroit, y déambulerait avec une arme blanche. A l'arrivée des forces de l'ordre, l'homme est rentré dans son appartement. Selon la version des policiers, il les aurait alors accueilli paire de ciseaux à la main.

Versions divergentes

La police explique avoir été attaquée par l'homme et avoir riposté, touchant mortellement le père de famille par balle.
Mais ce n'est pas du tout la version de la famille chinoise. "En aucun cas il n'a touché le policier. Il n'a même pas eu le temps de le toucher qu'il était déjà au sol. On est toujours dans l'incompréhension, on ne comprend pas pourquoi les policiers ont tiré sur lui", a expliqué sa fille lors d'une conférence de presse. De source policière, on précise que l'homme était connu pour des antécédents psychiatriques, ce que dément également la famille.

Manifestations et sermon

Dans la communauté chinoise de Paris, l'affaire fait grand bruit. Des manifestations réunissant plusieurs centaines de personnes ont dégénéré lundi et mardi. Et en Chine aussi, l'histoire est remontée jusqu'au plus haut sommet de l'état. Pékin somme la France de mieux protéger les ressortissants chinois. "Nous avons d'abord lancé des protestations officielles auprès des autorités françaises et exigé qu'elles fassent toute la lumière sur l'incident. Nous demandons aussi que la France prenne des mesures efficaces afin de protéger la sécurité, les droits et les intérêts légitimes des citoyens chinois", a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Objectif interne

Une réaction rapide, qui s'apparente presque à de l’ingérence selon Thierry Kellner, maître de conférence à l'ULB et spécialiste de la politique étrangère chinoise. Et cela n'est, selon lui, pas sans raison. "La Chine veut faire passer le message qu'elle est aujourd'hui une grande puissance et qu'elle agit donc comme toute grande puissance agirait dans des circonstances identiques. Et elle veut faire passer auprès de sa population le fait que le gouvernement chinois prend a cœur la protection de ses nationaux, y compris à l'étranger. C'est donc une façon d'obtenir du crédit auprès de sa propre population. Il y a des objectifs internes à cette prise de position, je pense."

Vu l'importance du tourisme chinois en France, Paris a immédiatement rétorqué que la sécurité des Chinois était une priorité. Mais à 8.000 kilomètres de là, l'affaire suscite un grand émoi. Certains internautes imaginant même boycotter désormais les produits français...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir