Un mouvement de foule après une rumeur de fusillade à Cannes fait des dizaines de blessés légers

Un mouvement de foule est parti depuis la plage Barrière le Majestic (image prétexte de 2016)
Un mouvement de foule est parti depuis la plage Barrière le Majestic (image prétexte de 2016) - © VALERY HACHE - AFP

Une rumeur de fusillade a provoqué lundi soir un mouvement de foule sur la Croisette à Cannes, sur la Côte d'Azur en France, mais "aucun coup de feu" ni "détonation" n'ont été constatés sur place, a appris l'AFP de sources concordantes.

Des vérifications étaient en cours, selon des sources policières mais "pas de coup de feu, pas de détonation et pas de blessé à l'heure actuelle", ont précisé ces sources.

"Il n'y a eu ni coup de feu à Cannes, ni forcené retranché mais un coup de folie collective après qu'un individu a crié 'coup de feu'. Nous faisons les ultimes levées de doute", a tweeté le maire de la ville David Lisnard.

"Le mouvement de foule a été provoqué à la suite d'une rumeur. (...) La situation est sous contrôle. Nous vous remercions de ne pas véhiculer de fausses informations", a écrit la ville de Cannes sur Twitter, alors que de nombreuses vidéos de personnes en panique circulaient sur les réseaux sociaux.

Selon un témoin sur place contacté par l'AFP, des terrasses ont été renversées sur la Croisette après un mouvement de foule parti depuis la plage Barrière le Majestic: "Les personnes en panique criaient et certaines sont tombées à terre".

Des dizaines de blessés légers

Des dizaines de blessés légers ont été transportés à l'hôpital après ce mouvement de panique.

Les pompiers ont recensé 44 blessés vers 4h00 du matin, dont "une partie a été transportée par les pompiers et une autre s'est rendue d'elle-même à l'hôpital", ont-ils indiqué mardi matin. "Il n'y avait que des blessures légères: des traumatismes des membres inférieurs, des érosions, rien de grave", a ajouté le porte-parole des pompiers.

Près de 100 pompiers sont intervenus dans la nuit sur la célèbre Croisette.

Analyse de Laurent Martin de Fremont, syndicaliste SGP-FO (Police):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK