Mort de George Floyd : les manifestations de soutien à travers le monde (vidéos)

Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi aux Etats-Unis et partout dans le monde pour manifester, neuf jours après la mort à Minneapolis de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc. Cette vague de contestation historique ne semble donc pas s'apaiser. 

Dans le centre-ville de Los Angeles et ailleurs dans les environs, des milliers de personnes se sont rassemblées dans un climat de paix. 

Mêmes scènes à Washington, les manifestants ont parcouru les rues de la ville en scandant des chants et se sont rendus devant la maison blanche pour protester. 

À New York, au moins quelques centaines de personnes se sont rassemblées pacifiquement pour une veillée silencieuse. La foule a ensuite commencé à se disperser à l'approche du couvre-feu dans la ville.

La police de New York est malgré tout intervenue dans le district de Brooklyn. Le commissaire de police de la ville a expliqué que plusieurs personnes avaient été arrêtées pour avoir manifesté malgré le couvre-feu. "Ils sont moins nombreux que ces derniers jours, mais la soirée est encore longue."

Dans le Colorado, à Denver, des personnes se sont allongées sur le sol pendant de longues minutes. 

 

Dans d'autres villes aussi, les manifestations étaient nombreuses. Des rassemblements et marches de protestation ont ainsi eu notamment lieu à Seattle, St. Charles, Philadelphie et San Francisco, où il y a de nouveau eu des manifestants à cheval.

Au moins 60.000 personnes avaient auparavant rendu hommage pacifiquement à la victime à Houston (Texas) où George Floyd a grandi et sera enterré la semaine prochaine. 

En Suède et en Finlande 

Des milliers de personnes se sont retrouvées mercredi à Stockholm et Helsinki pour des manifestations contre le racisme, progressivement dissoutes par la police à cause des restrictions imposées par les autorités pour lutter contre le coronavirus.

A Stockholm, plusieurs milliers de manifestants, souvent jeunes et pour certains portant un masque sanitaire, se sont pacifiquement rassemblés en début de soirée dans la capitale suédoise - slogans contre le racisme et pancartes en main, peintes du nom de George Floyd. 

Des cris de ralliement contre les Démocrates de Suède, parti suédois d'extrême droite, ont aussi été entendus.

Les forces de l'ordre ont toutefois progressivement dissous la manifestation en raison de la limitation des rassemblements fixée à 50 personnes dans le pays pour des raisons sanitaires.

Face à une place Sergel bondée, la police a indiqué avoir demandé aux organisateurs, autorisés à manifester, d'exhorter la foule à partir afin de respecter cette les restrictions imposées. La plupart des manifestants ont poursuivi la manifestation à travers les rues de Stockholm et dans les parcs de la ville, en ordre dispersé.

En milieu de soirée, les forces de l'ordre ont dû repousser des manifestants devant le palais royal à l'aide de gaz poivré.

Ce même gaz aurait été utilisé contre d'autres groupes de manifestants ailleurs dans la ville, selon les médias suédois qui évoquent mercredi soir deux arrestations.

Parmi les images marquantes de la soirée, une policière, prise à partie dans son véhicule de service y est sortie pour poser un genou à terre, le poing levé, en signe de soutien aux manifestants, qui l'ont rapidement enlacée.

Plus tôt dans la journée, dans la capitale finlandaise Helsinki, quelque 3.000 personnes s'étaient pacifiquement rassemblées, scandant des slogans comme "Black lives matter" ("la vie des Noirs compte") ou affichant des pancartes "I can't breathe" ("Je ne peux pas respirer").

Au pied de la grande cathédrale blanche luthérienne de Helsinki, sur la place du Sénat, la manifestation, qui devait durer 4 heures, a cependant été rapidement dissoute. Les rassemblements étant limités à 500 personnes à cause du coronavirus, au bout d'une heure, la police a demandé aux organisateurs de mettre fin à l'évènement.

A Londres

Des milliers de jeunes Britanniques ont également défilé à Londres pour protester contre la mort de George Floyd mais aussi pour dénoncer les "abus" de la police britannique et le "racisme camouflé" qui sévit selon eux dans leur pays.

L'émotion était sur tous les visages des participants au rassemblement organisé pour honorer la mémoire de George Floyd, dont celui de l'acteur britannique John Boyega, un des héros des derniers épisodes de la saga Star Wars. Bouleversé, la voix étranglée, il doit plusieurs fois interrompre son discours de soutien à ses "frère et soeurs noirs" américains. 

Armés de leur parapluie contre la bruine et de masques contre le coronavirus, les manifestants scandent en choeur le nom de George Floyd, salué d'applaudissements appuyés, avant de s'agenouiller pendant trois minutes.

Mais des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants plus tard dans la journée 

 

Au Danemark

Au Danemark aussi, à Copenhague, des milliers de personnes se sont jointes aux manifestations contre la mort de George Floyd. Pancartes, chants, discours, les manifestants ont opérer plusieurs minutes de silence, le poing levé et terminé par des applaudissements. 

Au Kenya

Au Kenya, des manifestants se sont rendus devant l'ambassade américaine à Nairobi pour protester, pancartes à la main et scandant des slogans. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK