Moringa, l'arbre de vie qui fait rempart contre la malnutrition à Madagascar

Moringa, l’arbre de vie qui fait rempart contre la malnutrition à Madagascar
Moringa, l’arbre de vie qui fait rempart contre la malnutrition à Madagascar - © Tous droits réservés

Le Moringa, appelé également arbre de vie, est en quelque sorte, un petit miracle de la nature. L’arbre originaire d’Inde fait également parti du décor sur le continent africain. En raison de la grande richesse de ses feuilles en micronutriments, le Moringa fait partie de la famille des super aliments.

Il suffit de 20 grammes de feuilles par jour pour un enfant

A Madagascar, les feuilles et les graines sont utilisées dans certains programmes de lutte contre la malnutrition infantile. 20 grammes de feuilles fraîches suffisent à couvrir les besoins journaliers de l’enfant en vitamines A et C.

Pour les enfants de 1 à 3 ans, une consommation de 100 grammes de feuilles fraîches procure environ 50% des besoins journaliers en calcium, fer, protéines et 1/3 des besoins en potassium et acides aminés essentiels.

A Tsiroanomandidy, à 250 kilomètres de la capitale malgache, une infirmière belge installée dans le pays depuis plus de 40 ans, a fait naître une pépinière de Moringa au cœur d’une cité scolaire.

" C’est une plante qui au point de vue nutriments est une des plus complète au monde. Surtout au point de vue protéines, calcium, vitamine A, vitamine C, fer, magnésium et potassium. Elle contient tous les sels minéraux ", affirme la sexagénaire. Madeleine Koenot s’est largement inspirée des connaissances ancestrales sur cette plante aujourd’hui mondialement reconnue pour ses nombreuses vertus.

Dans la Grande île, le Moringa est plus connu sous le nom " d’Ananambo ". Dans de nombreuses régions du pays, l’arbre de vie est planté dans les cours des petites cases traditionnelles. Ses fines branches et ses petites feuilles d’un vert éclatant accueillent aussi les visiteurs dans les villages de brousse.

Au sein de la structure " Arc-En-Ciel " montée par Madeleine Koenot, les enfants et adolescents porteurs de handicap apprennent la transformation de ses feuilles, de la récolte au séchage, du tri à production d’une fine poudre verte.

"C’est un projet double emploi, le premier objectif c’est d’abord de lutter contre la malnutrition, le second c’est de donner un travail facile aux jeunes qui sont exclus du système scolaire, avec des tâches simples et une production bénéfiques pour tous les élèves du lycée technique voisin."

Deux fois plus de protéines que les yaourts

Justine Soarmalala est en quelque sorte la gardienne de cette pépinière vertueuse. La formatrice accompagne les élèves par petits groupes, pour leur apprendre les techniques de récolte, mais surtout la meilleure méthode de séchage. Car les feuilles de l’arbre de vie doivent sécher en 48 heures, pas moins que cela, à leur rythme, pour conserver tous les bienfaits du super aliment.

" Ce sont uniquement les feuilles qui sont transformées en poudre. Les tiges, on les jette. Les deux jours de séchage doivent se faire à l’ombre, ce n’est qu’après qu’on pile le tout. Pour obtenir une belle poudre, il faut que les feuilles soient bien sèches ", précise la jeune Malgache.

A poids égal, les feuilles fraîches de moringa contiennent deux fois plus de protéines que les yaourts. "Le Moringa, on peut le manger comme ça. On peut aussi le mélanger au yaourt ou à la banane. Avec deux repas par jour sur cette base-là, un enfant en état de malnutrition peut être récupéré en deux ou trois semaines ", précise Madeleine Koenot.

Les possibilités de recettes sont infinies. Tomoko, une jeune volontaire japonaise en séjour pour 6 mois à Madagascar a même décidé d’inclure la poudre verte dans sa recette du traditionnel " Pan ".

Son atelier culinaire à deux pas de la pépinière remporte un franc succès auprès des élèves. " Au Japon, on connaît aussi le Moringa pour ses vertus exceptionnelles, mais il est moins consommé qu’à Madagascar ", explique la jeune femme tout en surveillant sa cuisson sur la braise.

Après un an de récolte, les arbres de vie de la pépinière Arc-En-Ciel ont déjà permis d’éviter la carence alimentaire à quelque 800 jeunes. Cette initiative belge pourrait faire germer d’autres graines dans le pays. Des graines de vie… La malnutrition touche plus de 2 millions d’enfants à Madagascar.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK