Migrants en Méditerranée: MSF annonce la fin des activités de l'Aquarius, son navire humanitaire

Médecins sans Frontières et SOS Méditerranée ont annoncé ce vendredi l'arrêt des activités de leur navire de secours des migrants en mer, l'Aquarius. "Ces deux derniers mois, alors que des personnes continuaient à fuir par la mer, sur la route migratoire la plus meurtrière au monde, l'Aquarius est resté au port, incapable de mener à bien son travail humanitaire. Ceci le résultat d’une campagne menée par le gouvernement italien et soutenue par d’autres États européens, pour délégitimer, calomnier et empêcher de travailler les organisations apportant une assistance aux personnes vulnérables", explique MSF dans un communiqué.

Depuis fin septembre, le Panama a décidé de retirer son pavillon à l'Aquarius, privé dès lors de navigation et bloqué à Marseille.

A l'époque, le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini (extrême droite) avait assuré qu'il n'y avait eu "aucune pression" sur le Panama. Mais, "il est évident qu'aucun pays au monde ne voudrait prendre la responsabilité d'être associé à un navire qui fait obstacle aux opérations de secours en mer" et "refuse la coordination avec les gardes-côtes libyens", avait-il ajouté.

Mais, selon le Panama, qui disait redouter "de sérieuses difficultés politiques" en cas de maintien de l'Aquarius sur ses registres, la principale plainte émanait pourtant des autorités italiennes, selon lesquelles "le capitaine du navire a refusé de renvoyer des migrants et réfugiés pris en charge vers leur lieu d'origine".

Accusé de traitement illégal de déchets

Fin novembre, la Justice italienne avait demandé le placement sous séquestre du navire, pour une affaire de traitement illégal de déchets dangereux.

 

 

Selon les médias italiens, les enquêteurs soupçonnent le navire humanitaire d'avoir fait passer un total de 24 tonnes de déchets potentiellement toxiques pour des déchets classiques.

Des comptes bancaires en Italie de MSF ont également été placés sous séquestre.

Des jours en Méditerranée...

En juin, l'Aquarius avait déjà été au cœur d'une crise diplomatique, après avoir récupéré 630 migrants au large de la Libye, débarqués en Espagne après le refus de l'Italie et de Malte de les accepter. Le scenario s'était répété en août pour 141 migrants débarqués à Malte.

Divers navires humanitaires ont dû comme l'Aquarius trouver une solution de repli cet été. La crise a chaque fois pu se dénouer lorsque d'autres pays européens se sont engagés à se répartir les réfugiés à bord.

15.000 morts en quatre ans

Les autres navires humanitaires, qui étaient encore une dizaine il y a un peu plus d'un an au large de la Libye, ont quitté la zone pour des raisons diverses. Le Lifeline est bloqué à La Valette où les autorités ont ouvert une enquête administrative, le Iuventa, soupçonnée de collusion avec des passeurs, a été saisi par les autorités italiennes en août 2017, tandis que l'Open Arms patrouille désormais au large des côtes espagnoles.

Depuis quatre ans, plus de 15.000 personnes sont mortes noyées en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune, selon l'ONG SOS Méditerranée. En deux ans et demi, l''organisation dit avoir secouru 29.523 personnes dont 23% sont des mineurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK