Midterms: les femmes américaines n'ont jamais été si nombreuses à se porter candidates

Midterms: les femmes américaines n'ont jamais été si nombreuses à se porter candidates
Midterms: les femmes américaines n'ont jamais été si nombreuses à se porter candidates - © Drew Angerer - AFP

L'effet Trump, l'effet me too, les raisons sont nombreuses et le constat est clair : jamais les femmes américaines n'ont été aussi nombreuses à briguer un siège au Congrès.
Il y a 256 candidates femmes, un record. Ce sont en grande majorité des démocrates (202) qui veulent faire basculer la tendance au Congrès aujourd'hui dominé par les Républicains. Les candidates démocrates sont environs trois fois plus nombreuses que les candidates républicaines cette année.

Pour l’instant le Congrès compte seulement 20% d’élues femmes. Emily's List est une organisation démocrate qui soutient et forment depuis des années les femmes démocrates qui veulent faire de la politique. Muthoni Wambu Kraal, vice-présidente du centre de formation d'Emily's List, a comme objectif d'inspirer et encourager ces femmes. 

“Nous sommes dans une époque sans précédent, aucun doute là-dessus. Quand on regarde les chiffres après cette élection, il y a plus de 40.000 femmes qui ont contacté Emilys list pour dire qu’elles étaient intéressées pour faire campagne ou pour aider une femme à faire campagne”, explique Muthoni Wambu Kraal.

Pas un rêve de petite fille

La plupart des femmes présentes se préparent à être candidates au niveau national ou local. Emily's List leur apprend comment lever des fonds, se faire un réseau ou encore communiquer avec les médias. Pour beaucoup, être candidate n’est pas un rêve de petite fille mais une décision bien réfléchie en réaction à l’élection de Trump ou encore à l’émergence du mouvement metoo.

C’est le cas de Karin, une styliste new yorkaise d’origine israélienne, déterminée à se lancer bientôt en politique. Elle explique: "Je n’étais pas aussi inquiète pour l’avenir des Etats-Unis avant
l’élection de 2016. Ce qu’il se passe dans le pays en ce moment me rend très mal à l’aise, en tant que femme, qu’immigrante…"


Dans la salle de formation on sent une certaine émulation face aux nombreuses candidates démocrates aux élections de mi-mandats. Il y a notamment Alexandria Ocasio-Cortez, une ancienne serveuse de 29 ans, new yorkaise d’origine portoricaine, qui est assurée de faire son entrée à la Chambre des représentants. Ilhan Omar, 36 ans, devrait être l’une des premières femmes musulmanes à s’asseoir au Congrès. De quoi inspirer Yasmin, une jeune avocate d'origine égyptienne et philippine, voilée et bien décidée à se présenter lors de prochaines élections.

"J’espère que le climat est en train de changer et qu’on accepte de plus en plus de gens d’origines différentes", explique Yasmin Dwedar. "Il y a par exemple Ilhan Omar qui a gagné la primaire, elle est d’origine somalienne et c’est une réfugiée. C’était très inspirant pour moi et j’espère qu’un jour je peux inspirer d’autres comme elles l’ont fait.”

Toutes sont remontés à bloc et espèrent une petite révolution avec un nombre record de candidates élues le 6 nov prochain. D’ici là, porte à porte, appels téléphoniques: les organisations
démocrates multiplient les efforts pour encourager les Américaines à aller voter.

Archive : JT 26/10/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK