Michelin supprime 1 000 postes en France et veut ouvrir une usine en Inde

RTBF
RTBF - © RTBF

Le géant français du pneumatique Michelin, qui vient d'annoncer la suppression de près de 1 100 postes en France, pourrait ouvrir "d'ici trois ans" une usine en Inde, a indiqué samedi son patron, Michel Rollier.

Le négociations entre Michelin et les autorités indiennes ont commencé il y a six mois. "On peut espérer que l'usine ouvre d'ici trois ans", a-t-il indiqué dans une interview à Europe 1. La presse indienne a révélé jeudi que Michelin pourrait investir plus d'un milliard d'euros sur dix ans pour une usine en Inde, un montant que M. Rollier a confirmé partiellement. "Je ne peux pas vous dire (le montant, NDLR) mais une grosse usine, ce n'est pas loin de ça", s'est-il contenté de dire. "Un milliard d'euros sur dix ans, c'est moins que ce que nous investissons en France", a ajouté M. Rollier.

Cette usine devrait fabriquer des pneus pour poids lourds et des pneus pour engins de génie civil, deux domaines où "le marché indien est prometteur et sur lesquels nous sommes pratiquement absents. Nous ne voulons pas rater le démarrage du marché indien", a expliqué M. Rollier.

Michelin est déjà présent en Inde via une société commune montée avec un groupe de Delhi, Appolo Tyres, mais cette co-entreprise a été un échec, selon la presse économique indienne. Le groupe français, qui compte 69 usines dans le monde dont 14 en France, a annoncé mercredi la suppression de 1 093 postes, dont 276 liés à la fermeture d'une usine près de Lille (nord) fabricant des pneus pour voiture de tourisme. Michelin a toutefois assuré qu'il n'y aurait "aucun licenciement".

M. Rollier s'est défendu de vouloir délocaliser la production de Michelin en Inde, rappelant que son groupe investissait actuellement dans les usines de fabrication de pneus poids lourds et génie civil en France.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK