MH17: les experts internationaux sont arrivés sur les lieux du crash

Des chars de l'armée ukrainienne le 30 juillet 2014 dans la région de Donetsk
3 images
Des chars de l'armée ukrainienne le 30 juillet 2014 dans la région de Donetsk - © Genya Savilov

L'armée ukrainienne a annoncé jeudi qu'elle suspendait pour une journée son offensive contre les séparatistes prorusses dans l'Est à la demande du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon afin de laisser les experts internationaux accéder au site du crash du MH17. Ceux-ci sont arrivés sur le site.

Les experts néerlandais et australiens sont arrivés jeudi sur le site du crash du Boeing de la Malaysia Airlines dans l'Est de l'Ukraine, où ils étaient empêchés de se rendre depuis dimanche par les combats, a annoncé l'OSCE. 

Peu après, de fortes explosions étaient entendues à proximité du site.

En matinée, un cessez-le-feu avait été annoncé par l'armée ukrainienne. "Il y a aujourd'hui un cessez-le-feu à la demande de Ban Ki-moon et compte tenu du travail mené par des experts dans la zone du crash de l'avion. L'Etat-major de l'opération anti-terroriste a décidé de décréter une 'journée de silence' et l'arrête de combats", a déclaré Oleksiï Dmytrachkivski, porte-parole des forces ukrainiennes.

Il avait toutefois indiqué que les militaires "pourraient ouvrir le feu pour se défendre".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait demandé mercredi aux forces ukrainiennes et aux séparatistes dans l'est de l'Ukraine de "cesser immédiatement" les combats près du site du crash du vol MH17 qui a fait 298 morts.

Les experts internationaux tentaient sans succès de se rendre depuis dimanche sur le site du crash où il y a toujours des restes humains et des débris en raison des vifs combats qui font rage entre armée et insurgés.

Le Parlement ukrainien s'est pour sa part réuni jeudi matin à huis clos pour entendre le rapport du ministre de la Défense Valéri Gueleteï et étendre la mission des policiers néerlandais et australiens sur le site de la catastrophe en ratifiant des accords dans ce sens.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK