MH17 en Ukraine: le Premier australien veut interpeller Poutine

MH17 en Ukraine: le Premier australien veut interpeller Poutine
MH17 en Ukraine: le Premier australien veut interpeller Poutine - © Alexander KHUDOTEPLY - BELGAIMAGE

Le Premier ministre australien Tony Abbott a déclaré lundi qu'il allait interpeller le président russe Vladimir Poutine lors du sommet du G20, le mois prochain en Australie, sur le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine, dans lequel 38 Australiens ont péri.

Dimanche, le ministre australien des Finances Joe Hockey a confirmé que le président russe Vladimir Poutine participerait à ce sommet, les 15 et 16 novembre à Brisbane, malgré les tensions entre la Russie et les Occidentaux à propos de l'Ukraine.

Depuis la destruction en vol, le 17 juillet dernier, d'un avion de ligne malaisien au-dessus de l'est de l'Ukraine, tuant en tout 298 personnes, Tony Abbott ne mâche pas ses mots à l'égard du dirigeant russe. "Je vais dire à M. Poutine que des Australiens ont été assassinés et qu'ils l'ont été par des rebelles soutenus par les Russes et utilisant des équipements fournis par la Russie. Ces faits provoquent un vif mécontentement", a-t-il déclaré lundi. "Nous acceptons que vous (Poutine, ndlr) ne vouliez pas que cela se produise. Mais nous vous demandons désormais de coopérer pleinement à l'enquête criminelle, et si elle identifie des suspects sur lesquels vous avez de l'influence, ils doivent être livrés pour que la justice soit faite", a également indiqué Tony Abbott.

Kiev et des pays occidentaux ont accusé la Russie d'avoir fourni aux rebelles un missile sol-air avec lequel ils auraient abattu le vol MH17. Moscou rejette catégoriquement ces accusations et pointe du doigt les forces de Kiev.

Selon le rapport préliminaire du Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV) chargé de l'enquête, l'avion a été atteint par de nombreux projectiles "à haute vélocité". Le rapport ne précise pas l'origine de ces projectiles.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK