Meurtre de George Floyd : devant la justice, Derek Chauvin plaide à nouveau non coupable

Derek Chauvin, le policier condamné pour le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd se retrouve de nouveau mardi devant un juge, fédéral cette fois, en compagnie de trois autres agents impliqués dans le drame qui a bouleversé l’Amérique. Les quatre hommes ont été inculpés par la justice fédérale pour "violation des droits constitutionnels" de George Floyd. Derek Chauvin purge déjà une peine de 22 ans et demi de prison prononcée en juin à l’issue d’un procès hors norme devant la justice de l’État du Minnesota.


►►► À lire aussi : Mort de George Floyd : Derek Chauvin condamné à 22 ans et demi de prison, et après ?


Le policier de 45 ans et ses trois anciens collègues présents le jour du drame ont plaidé non coupable. Derek Chauvin n'a jamais reconnu sa responsabilité dans la mort du quadragénaire noir, sur le cou duquel il était resté agenouillé pendant près de dix minutes en mai 2020 à Minneapolis.

Il maintient sa défense

Lors des audiences, son avocat a martelé qu’il s’était contenté de suivre les procédures en vigueur dans la police et que la mort de George Floyd était due à des problèmes de santé combinés à l’ingestion de drogues, sans convaincre les jurés. Derek Chauvin avait été condamné à 22 ans et demi de prison, soit dix ans de plus que ce qui est recommandé dans le Minnesota pour un meurtre.

Le juge Peter Cahil, qui affirme ne pas avoir fondé sa décision sur "l’émotion ou la sympathie", avait retenu plusieurs facteurs aggravants, puisqu'en étouffant George Floyd avec son genou, Derek Chauvin "a abusé de sa position de confiance et d’autorité" et avait agi "avec une grande cruauté", avait-il notamment écrit.


►►► À lire aussi : Meurtre de George Floyd : "Un autre verdict eut été un déni de justice" pour la Haute commissaire aux droits de l'Homme


Les trois anciens collègues de Derek Chauvin, Tou Thao, Alexander Kueng et Thomas Lane, doivent être jugés en mars pour "complicité de meurtre" également par la justice du Minnesota. Ces "doubles" poursuites sont autorisées aux Etats-Unis mais relativement rares, et reflètent l’importance de ce dossier au cœur de manifestations géantes contre le racisme et les violences policières dans tous les Etats-Unis.

Sur le même sujet: JT 21/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK