MeToo Gay : mort d'un étudiant français qui avait accusé un élu de viol

Un étudiant, qui avait accusé un élu du parti communiste au Conseil de Paris de viol, a été retrouvé mort mardi dans sa chambre universitaire sur le campus de l’université Paris-Nanterre, a-t-on appris du parquet de Nanterre, confirmant une information du Parisien.

Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte, a précisé le parquet. Aucun lien n’était établi mardi soir entre les accusations de viol et la mort de l’étudiant, qui se serait suicidé dans sa chambre universitaire, selon les premiers éléments de l’enquête.

Contactée par l’AFP mardi dans la soirée, l’université Paris-Nanterre n’a pas répondu dans l’immédiat.

Le 21 janvier dernier, Guillaume T., âgé de 20 ans, sous le pseudo Prunille sur Twitter, avait accusé un élu de viol : "Après plus de deux ans, sans savoir mettre les mots sur ce qui m’est arrivé, je me rends compte que j’ai été violé par Maxime Cochard, conseiller de Paris et son compagnon […] en octobre 2018 alors que je n’avais que 18 ans et étais particulièrement vulnérable".

"Je considère qu’ils ont profité de ma jeunesse, de ma naïveté, du fait qu’en raison de problèmes familiaux je n’avais pas vraiment d’endroit où dormir, de leurs responsabilités au sein du PCF pour avoir des relations sexuelles non consenties avec moi", avait-il écrit.


►►► À lire aussi : #MeTooInceste, des centaines de victimes témoignent sur Twitter


Maxime Cochard avait rapidement réagi dans un communiqué, également publié sur Twitter, dans lequel il dénonçait "une accusation totalement fausse".

Le Parti communiste lui avait demandé de se mettre en retrait de ses responsabilités au sein du PCF.

L’avocate de l’élu, Fanny Colin, avait confirmé que les faits de viol étaient "formellement contestés" par son client et qu’une démarche pour diffamation avait été engagée.

Quelques jours après cette accusation, des milliers de gays ont témoigné sous le hashtag "metoogay" des violences sexuelles qu’ils ont subies, dans la lignée des mouvements #Metoo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK