Merkel se rendra à Paris pour préparer des propositions communes sur l'UE

Merkel se rendra à Paris pour préparer des propositions communes sur l'UE
Merkel se rendra à Paris pour préparer des propositions communes sur l'UE - © Michael Kappeler - BELGAIMAGE

La chancelière allemande Angela Merkel a indiqué lundi qu'elle se rendrait prochainement à Paris pour élaborer des propositions de réforme de l'Union européenne avec le président français Emmanuel Macron en vue du Conseil européen de mars.

Nous avons beaucoup de travail devant nous

"Il y aura très bientôt un voyage du ministre des Finances (Olaf Scholz) à Paris, et moi aussi j'irai à Paris pour voir Emmanuel Macron. Nous allons y préparer le Conseil européen" des 22 et 23 mars, a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse consacrée à l'entrée en fonction attendue mercredi de son gouvernement, après six mois d'imbroglio.

"Nous n'arriverons certainement pas à détailler chaque facette des 20 prochaines années de la zone euro, mais nous allons pouvoir apporter de la clarté sur ce qu'on considère comme la prochaine étape", a ajouté Mme Merkel, promettant aussi des avancées en matière de "politique migratoire" et de "politique de défense".

La chancelière a ensuite apposé sa signature sur le contrat de coalition qui lie désormais son camp conservateur et les sociaux-démocrates pour les quatre prochaines années.

"Nous avons beaucoup de travail devant nous", a-t-elle insisté, alors que Olaf Scholz pour les sociaux-démocrates et Horst Seehofer pour les conservateurs bavarois ont aussi signé cette feuille de route gouvernementale.

En arrivant à une réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, le Français Bruno Le Maire a estimé que le prochain sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE "pouvait être une étape importante dans les progrès de l'intégration de la zone euro", tout en concédant que "tout ne sera pas réglé".

Impulsion pour relancer l'UE

"Je recevrai à Paris vendredi Olaf Scholz. (...) Il sera là pour préparer ce sommet des chefs d'Etat de la zone euro et pour donner une feuille de route" au président Macron et à la chancelière Merkel, a précisé Bruno Le Maire.

Les deux pays ont promis une impulsion commune pour relancer l'Union européenne, en pleine montée des populismes. Mais l'Allemagne, qui craint avant tout de payer les dettes de ses partenaires, n'a répondu que vaguement aux idées françaises de budget et de ministre des Finances de la zone euro.

Le ministre allemand des Finances par intérim Peter Altmaier (qui doit être remplacé par Olaf Scholz) a souligné pour sa part en arrivant à la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles qu'en ce qui concernait les réformes de l'Union monétaire "il y avait un large éventail d'opinions différentes" entre les différents pays membres.

Reconduction de l'alliance avec les sociaux-démocrates

Pour cette raison, la coopération entre l'Allemagne et la France est "d'une grande importance pour parvenir à trouver des solutions communes dans l'Union européenne", a plaidé Peter Altmaier.

La chancelière allemande a été forcée de se mettre en retrait depuis les législatives de septembre 2017, qu'elle a certes remportées mais sans obtenir de majorité claire.

Il lui aura fallu six mois pour négocier la reconduction de l'alliance avec les sociaux-démocrates (SPD).

Dans le contrat de coalition, sociaux-démocrates et conservateurs promettent "un nouvel élan pour l'Europe", d'augmenter la contribution allemande au budget de l'UE "pour qu'elle puisse mieux assurer ses tâches" et de "réformer" avec la France la zone euro pour la rendre plus résistante aux crises.

Angela Merkel tenant dans les mains le contrat de coalition à Berlin, ce 12 mars 2018:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK