Même si son plan pour le Brexit est rejeté, "Theresa May ne démissionnera pas"

Theresa May
2 images
Theresa May - © HO - AFP

La Première ministre Theresa May ne va pas démissionner en dépit du rejet largement anticipé d'un vote sur le Brexit par les députés britanniques, a confirmé un porte-parole du gouvernement britannique mardi. Elle se soumettra en revanche à un vote de confiance, après le débat ce mercredi sur une une motion de censure contre son gouvernement introduit par l'opposition.

À la chambre des Communes, le traité conclu par la dirigeante conservatrice n'a obtenu mardi soir que 202 voix contre 432, la plus lourde défaite essuyée par un dirigeant britannique depuis les années 1920. Ce vote historique a plongé le Royaume-Uni dans le flou quant à son avenir, à deux mois et demi du Brexit, prévu le 29 mars.

Un report de la date du Brexit prévue le 29 mars n'est pas absolument nécessaire, a encore déclaré le porte-parole. Jusqu'ici, Theresa May a toujours rejeté le report.

Theresa May a jusque lundi pour présenter au Parlement un "plan B", si elle survit à la motion introduite par le leader travailliste Jeremy Corbyn.

Il est peu probable cependant que cette motion de censure aboutisse. Le Parti conservateur de Theresa May et son allié, le petit parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP, qui ont mené la charge contre l'accord de Brexit, n'ont en effet aucune envie de se voir supplanter par les travaillistes aux rênes du pays.

Dès mardi soir, le DUP et plusieurs députés rebelles conservateurs ont annoncé qu'ils soutiendraient Theresa May.

"Davantage de souplesse"

Le vote de la motion de censure est prévu à 19H00 GMT, 20H00 heure belge.

Si elle est adoptée, un nouvel exécutif doit être formé et recevoir la confiance du Parlement dans les 14 jours. Sans nouveau gouvernement à l'issue de ce délai, de nouvelles élections législatives seront convoquées.

Si Theresa May réussit à se maintenir en revanche, elle aura jusqu'à lundi pour présenter un "plan B". Plusieurs options s'offrent à elle: s'engager à retourner négocier à Bruxelles, ou demander un report de la date du Brexit. Le rejet du texte ouvre également la possibilité d'un divorce sans accord, particulièrement craint par les milieux économiques.

Fidèle à sa réputation de résilience et convaincue de survivre à cette nouvelle épreuve, la dirigeante a d'ores et déjà prévu de s'entretenir avec des députés de tous les partis "dans un esprit constructif" pour trouver la voie à suivre.

Le député conservateur Oliver Letwin a lui appelé la dirigeante britannique à faire preuve de "davantage de souplesse".

"Un consensus ne pourra être trouvé qu'en discutant avec un grand nombre de personnes, peut-être 400 députés, qui sont d'accord pour rejeter un scénario sans accord et un second référendum, et veulent trouver une solution", a-t-il affirmé sur la BBC.

Report "techniquement possible"

Boris Johnson, ex-chef de la diplomatie britannique et chantre du Brexit, a estimé que le résultat du vote donnait à Theresa May un "mandat massif" pour retourner négocier avec l'UE.

Pas sûr cependant que Bruxelles l'entende de cette oreille.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a répété mardi que l'accord rejeté était "un compromis équitable et le meilleur accord possible", avant d'estimer que "le risque d'un Brexit sans accord s'est accru". Il a exhorté le Royaume-Uni à "clarifier ses intentions aussi vite que possible".

"Jamais le risque d'un no deal n'a paru aussi élevé", a avancé aussi le négociateur en chef des Européens, Michel Barnier, qui a annoncé une intensification des préparatifs face à "cette éventualité".

"Peut-être qu'on peut améliorer un ou deux points", a réagi pour sa part le président français Emmanuel Macron, "mais je ne crois pas tellement parce qu'on a été au bout de ce qu'on pouvait faire". La ministre française des affaires européennes, Nathalie Loiseau, a elle rappelé qu'un report de la date du Brexit, le 29 mars, était "juridiquement et techniquement possible".

De son côté, l'Irlande a annoncé intensifier ses préparatifs pour un "no deal" et appelé Londres à faire des propositions "pour sortir de cette impasse".

Dans les milieux économiques, la consternation est de mise. "Il faut un nouveau plan immédiatement (...) pour protéger l'économie britannique", a insisté Carolyn Fairbairn, directrice générale de la principale organisation patronale britannique (CBI).

Au parlement britannique, "le non l'a emporté"

Les scénarios possibles après le vote du Parlement britannique

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK