Plus de 5800 migrants secourus ce week-end, dix morts dimanche

Plus de 4200 migrants ont été secourus en Méditerranée ce week-end
2 images
Plus de 4200 migrants ont été secourus en Méditerranée ce week-end - © BELGAIMAGE

Plus de 5800 migrants ont été secourus ce week-end par des navires européens lors de différentes opérations en mer Méditerranée, selon des bilans communiqués dimanche par les garde-côtes italiens et grecs. Dans l'après-midi, plusieurs opérations de secours étaient en cours au large de la Libye, selon les gardes-côtes italiens qui ont fait état d'"une dizaine de personnes retrouvées mortes", en précisant qu'aucun bateau n'avait chaviré.

Les garde-côtes italiens ont ainsi annoncé avoir coordonné les secours de 3690 migrants samedi en Méditerranée, alors que de nouvelles opérations étaient en cours dans la matinée de dimanche.

Sans constituer un record, ce bilan est l'un des plus élevés de ces dernières années pour une seule journée.

En plus d'un patrouilleur français, les opérations de samedi ont mobilisé quatre navires des garde-côtes italiens, deux navires de la marine italienne, deux cargos, deux navires de la police douanière italienne et deux remorqueurs.

Certains des migrants secourus samedi sont arrivés dans la nuit sur l'île italienne de Lampedusa, la plus proche des côtes africaines, tandis que la plupart des autres étaient attendus dimanche après-midi ou soir en Sicile ou dans le sud de l'Italie

Les garde-côtes grecs sont, eux, venus à la rescousse de 530 migrants, dont la plupart sont originaires de Syrie, de Somalie et d'Afghanistan.

Dimanche, les secours ont trouvé plusieurs personnes mortes parmi les migrants en détresse sur plusieurs bateaux, tandis qu'au moins trois hommes se sont noyés en se jetant à l'eau pour monter plus vite à bord d'un navire de secours. Les gardes-côtes libyens ont, de leur côté, intercepté cinq bateaux à bord desquels se trouvaient environ 500 migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Europe.

Un navire 'privé' à la disposition des secours

Plusieurs centaines de migrants, essentiellement africains mais aussi pour beaucoup syriens, débarquent ainsi chaque jour sur les côtes italiennes après avoir été secourus par la marine ou les gardes-côtes italiens.

A la suite d'une série de naufrages ayant fait plus de 1200 morts en avril, les dirigeants européens réunis en sommet extraordinaire le 23 avril ont décidé de renforcer la présence de l'UE en mer en triplant le budget de l'opération Triton, qui était jusqu'alors de 3 millions d'euros par mois.

Coordonnée par l'agence européenne pour la surveillance des frontières Frontex, Triton a été lancée en novembre 2014 pour supplanter "Mare Nostrum", l'opération italienne de secours bien plus ambitieuse instaurée un an plus tôt.

L'UE cherche aussi à obtenir l'aval des Nations unies pour combattre les passeurs, qui prospèrent sur fond de chaos en Libye. Une éventuelle intervention compliquée par la situation dans ce pays où deux gouvernements et parlements se disputent le pouvoir.

Les organisations humanitaires plaident de leur côté pour un meilleur accueil des réfugiés fuyant les pays en guerre et soulignent que si la communauté internationale parvenait à fermer la route libyenne, ce qui est loin d'être acquis, une autre route s'ouvrirait ailleurs.

Les ONG Médecins sans frontières (MSF) et Migrant offshore aid station (Moas) ont annoncé samedi le début de leur propre opération de sauvetage, avec un navire qui a appareillé samedi de Malte pour se mettre pendant six mois à la disposition des secours.

Le "MV Phaenix", équipé d'un drone sophistiqué pour repérer les embarcations en détresse, est l'unique navire privé engagé dans cette action, même si les gardes-côtes font régulièrement appel à des cargos de passage pour porter secours aux migrants lorsqu'aucun bateau de secours ne se trouve sur zone.

L'an dernier, il avait participé au sauvetage de 3000 personnes lors d'une première opération de deux mois.

Avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK