Médecins Sans Frontières dénonce la politique migratoire de l’Union Européenne

C’est un rapport accablant que vient de dévoiler Médecins Sans Frontières (MSF) concernant la politique migratoire de l’Union Européenne. Dans ce document intitulé "Constructing Crisis at Europe’s Borders" (Construire la crise aux frontières de l’Europe), MSF pointe du doigt les politiques migratoires de l’Union, accusée de mettre en péril la santé, le bien-être et la sécurité des personnes bloquées sur les îles grecques.

Depuis plus de cinq ans, la politique de l'Union européenne consistant à contenir les gens et à traiter leurs demandes d'asile dans des hotspots, sur les îles grecques, a créé une crise sans précédent et une énorme souffrance humaine. Ce ne sont pas des conséquences involontaires

Pour MSF, les migrants qui s’y retrouvent, sont bloqués sur place dans des "conditions épouvantables, sans informations sur leur statut juridique et soumises à des procédures brutales aux frontières et en matière d’asile. Ce système a infligé la misère, mis des vies en danger et érodé le droit d’asile".

MSF a pris en charge de nombreux patients souffrants de graves troubles de maladie mentale notamment de stress post-traumatique et de dépression. En tout, ce sont 1329 patients qui ont été pris en charge sur trois de ces îles grecs, à Chios, Lesbos et Samos. 180 d’entre eux sont mutilés ou avaient tenté de se suicider.

MSF dénonce aussi le fait que pendant des années, "les besoins vitaux les plus élémentaires ont été négligés sur les îles grecques. MSF et d’autres ONG ont continuellement été obligées d’intervenir pour fournir des services cruciaux, allant des soins de santé à l’approvisionnement en eau. Entre octobre 2019 et mai 2021, les équipes de MSF ont acheminé par camion plus de 43 millions de litres d’eau potable pour les habitants du hotspot surpeuplé de Vathy, sur l’ile de Samos, où l’eau est impropre à la consommation".

L’ONG craint que l’Union Européenne et la Grèce continuent de dépenser des sommes colossales afin de standardiser et intensifier ces politiques.

Reem Mussa, conseillère humanitaire de MSF sur la migration et l’une des auteures du rapport explique dans un communiqué qu’il n’est pas trop tard : "L’UE et ses États membres doivent mettre fin aux politiques de confinement et faire en sorte que les personnes arrivant en Europe aient accès à une aide d’urgence, ainsi que faciliter l’accès à la protection et à la relocalisation vers un accueil et une intégration sûrs dans les communautés à travers l’Europe".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK