Maroc: le roi Mohammed VI gracie une partie des détenus du mouvement de contestation du Rif

Maroc: le roi Mohammed VI gracie une partie des détenus du mouvement de contestation du Rif
Maroc: le roi Mohammed VI gracie une partie des détenus du mouvement de contestation du Rif - © Tous droits réservés

Hier soir, le roi du Maroc, Mohammed VI, a prononcé son discours du Trône. Ce discours marquait le 18ème anniversaire de son accession au trône. Et c’est un discours très ferme que le Roi a prononcé dans lequel il a dressé un constat sans concession sur l’état de son pays.

Dans son allocution, il a pointé du doigt la tendance à tout remettre au lendemain et l'absentéisme qui règne au sein des administrations, mais également les dysfonctionnements en matière de gouvernance. Il vise très clairement les responsables administratifs et politiques et demande à ceux qui déçoivent les citoyens de faire un choix : soit s’acquitter de leurs devoirs, soit quitter leurs fonctions.

Libération de 40 membres du mouvement de contestation dans le Rif

Dans son discours, le Roi Mohammed VI a aussi fait référence aux événements qui se sont passés dans la région du Rif et plus précisément à Al Hoceima. Il y a dénoncé une irresponsabilité sans précédent et regrette que les intérêts des citoyens aient été malmenés. Toutefois, le Roi du Maroc refuse de parler d’une approche sécuritaire.

Ce discours a été précédé par la diffusion d’une liste de détenus graciés. 1178 détenus ont obtenu cette faveur royale. Parmi eux, une quarantaine de détenus issus du mouvement de contestation en provenance d’Al Hoceima. Le ministère a fait savoir qu'il s'agissait de détenus qui "n'ont pas commis de crimes et qui ne sont pas impliqués dans des actes graves, (...) en considération de leurs conditions familiales et humaines". Toutefois, le leader du mouvement, Nasser Zefzafi, n’en a pas bénéficié. 

"C'est un pas positif mais insuffisant car nous demandons la libération de tous les détenus dans les évènements d'Al-Hoceïma", a dit à l'AFP Abdessadek Al-Bouchtaoui, avocat et membre du collectif de défense des détenus de ce mouvement.

Colère malgré un vaste plan d'investissements

Depuis la mort d'un vendeur de poisson, broyé accidentellement dans une benne à ordures fin octobre à Al-Hoceïma, des manifestations pacifiques pour le développement de cette région que ses habitants jugent marginalisée ont lieu régulièrement.

La relance par l'Etat d'un vaste plan d'investissements et de chantiers d'infrastructures -avec des visites répétées de cohortes de ministres - n'a pas suffi à désamorcer la colère.

Depuis l'arrestation des leaders du mouvement de contestation, leur libération était devenue le leitmotiv des protestataires. Selon un dernier bilan officiel, 176 personnes ont été placées en détention préventive. Cent-vingt étaient en cours de jugement, et des peines allant jusqu'à 20 mois de prison ont été déjà prononcées.

Par ailleurs, le souverain marocain a accordé des graces à des membres de la jeunesse du PJD, formation islamiste à la tête du gouvernement, condamnés à la prison ferme pour "apologie du terrorisme", d'après la même source.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK