Maroc: le procès du journaliste Omar Radi reporté au 5 mars

Des manifestants tirent des slogans lors d'une manifestation en soutien à Omar Radi, un journaliste marocain arrêté sur tweet critiquant le juge, le 28 décembre 2019, dans la ville de Rabat.
Des manifestants tirent des slogans lors d'une manifestation en soutien à Omar Radi, un journaliste marocain arrêté sur tweet critiquant le juge, le 28 décembre 2019, dans la ville de Rabat. - © STR - AFP

Le procès du journaliste marocain Omar Radi, poursuivi pour "outrage à magistrat", a brièvement repris jeudi devant un tribunal de Casablanca, avant d'être ajourné au 5 mars, a annoncé son comité de soutien. 

Le journaliste et militant des droits humains de 33 ans avait été placé en détention jeudi dernier pour un message publié sur Twitter en avril.

Dans ce tweet, il fustigeait le verdict d'un magistrat contre des membres du "Hirak", un mouvement de contestation qui a agité le nord du Maroc en 2016 et 2017, condamnés à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison.

Après la vague d'indignation suscitée par son incarcération, la justice marocaine lui a accordé mardi la liberté provisoire, accédant ainsi à une demande formulée par sa défense.

Son procès a ensuite repris jeudi devant le tribunal de première instance de Casablanca avant d'être ajourné au 5 mars, selon son comité de soutien.

Omar Radi a collaboré avec plusieurs médias marocains et internationaux et publié des enquêtes remarquées sur l'économie de rente ou les collusions entre le pouvoir et le monde financier.

Il a couvert les mouvements de contestation ayant agité des régions marginalisées du royaume, et coréalisé un documentaire sur le "Hirak" du Rif. 

L'ONG Human Rights Watch avait critiqué samedi son arrestation et dénoncé une "atmosphère de plus en plus suffocante pour les journalistes, dissidents et artistes marocains qui prennent la parole sur les réseaux sociaux".

Un nouveau Code de la presse ne prévoyant plus de peines de prison est entré en vigueur en 2016 au Maroc, mais les journalistes continuent d'être poursuivis selon le Code pénal, tout comme certains internautes pour des écrits postés sur les réseaux sociaux. 
 

Des centaines de Marocains manifestaient contre l'arrestation du journaliste, Omar Radi, fin décembre dernier:

Des centaines de Marocains manifestaient contre l'arrestation du journaliste Omar Radi, fin décembre dernier:

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK