Marine Le Pen n'entend pas rembourser 300 000 euros au Parlement européen

Marine Le Pen
Marine Le Pen - © AFP

L'eurodéputé française d'extrême-droite Marine Le Pen n'entend par rembourser près de 300 000 euros que lui réclame le Parlement européen pour avoir rémunéré comme assistante parlementaire Catherine Griset à une époque où celle-ci était la secrétaire, puis la cheffe de cabinet de la dirigeante du Front national (FN), rapportent mardi plusieurs médias français.

Menace sur le salaire de Marine Le Pen 

"Je ne me soumettrai pas à la persécution, à cette décision unilatérale prise par des adversaires politiques avec exécution provisoire en violation de l'Etat de droit, des droits de la défense, sans preuves et sans attendre que la justice que j'ai saisie ne se prononce au fond", a-t-elle déclaré à l'agence Reuters.

Catherine Griset était une assistante accréditée au Parlement européen pendant plusieurs années mais qui en réalité ne travaillait pas dans les locaux de l'institution. Le Parlement estime qu'elle exerçait une "activité reconnue" au siège du Front national à Nanterre, le parti présidé par Marine Le Pen, sous l'autorité directe de cette dernière. Dans ce dossier, la somme totale à recouvrir se monte à environ 298 400 euros.

En l'absence de remboursement dans les délais requis, soit avant le mercredi 1er février, Marine Le Pen pourrait se voir retirer 50% de son salaire d'eurodéputée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK