Oum Mariam, Française membre de l'EI: "Comment vouloir rentrer et vivre avec des gens qui vous ont massacré?"

Mariam, membre de l'EI: "Comment vouloir rentrer et vivre avec des gens qui vous ont massacrés?"
Mariam, membre de l'EI: "Comment vouloir rentrer et vivre avec des gens qui vous ont massacrés?" - © Tous droits réservés

Qui sont les membres de Etat islamique qui ont été emportés dans la chute de la ville syrienne de Baghouz, dernier bastion de l'EI? Dans l'hôpital syrien de Hassaké, "Oum Mariam", c'est ainsi qu'elle se présente, nous livre son témoignage. Arrivée en Syrie il y a quatre ans, cette Française s'est retranchée jusqu'à la fin, sur un territoire de l'Etat islamique se réduisant à peau de chagrin.

"La coalition [forces arabo-kurdes] bombardait les zones pour forcer les gens à reculer. On a reculé de village en village et on est arrivé dans le dernier village restant", explique-t-elle. A Baghouz, "les bombardements se sont intensifiés parce qu'ils voulaient forcer les gens à sortir. On se faisait tirer dessus donc on a creusé des trous (...) Moi, je suis sortie parce que mes enfants étaient blessés".

Rancœur vis-à-vis de l'Occident

L'élimination totale du "califat" de l'EI désespère "Oum Mariam". "Je me sentais libre au sein de l'Etat islamique", dit-elle. Que faire désormais? Rentrer en France? Impossible, elle a trop de rancœur vis-à-vis de l'Occident. "Comment vouloir rentrer et vivre avec des gens qui vous ont massacré? C'est contradictoire. Comment pourrais-je avoir envie de vivre avec des gens qui ont blessé mes enfants, tué mes amis?", demande-t-elle. "Je n'ai pas envie de rentrer chez moi parce que ce n'est plus chez moi."


►►► A lire aussi: Le dernier bastion de l'Etat islamique est tombé: et la suite?


Que pense-t-elle dès lors des attentats sanglants perpétrés par l'Etat islamique en France, Turquie, Belgique, Irak, Tunisie? "C'est une vengeance, une réponse à ce qui a été fait ici," rétorque-t-elle. Quant aux exécutions de civils menées par l'EI en Irak et en Syrie, elle ne préfère pas en parler, le sujet est "délicat" dit-elle. Mais "on n'en voyait pas tous les jours".

A son apogée en 2014, l'EI contrôlait un territoire aussi vaste que la Grande-Bretagne en Irak et en Syrie. L'organisation responsable d'atrocités et d'attentats meurtriers y compris en Europe y avait imposé un règne de terreur.


►►► A lire aussi: Comment vivait la population sous l'EI? Un quotidien de règles strictes et de châtiments


 

Sujet JT: chute de l'Etat islamique (23/03)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK