Manifester est un "droit", déclare Hassan Rohani face aux tensions dans le sud-ouest de l’Iran

Le président iranien, Hassan Rohani, a estimé jeudi que les habitants du Khouzestan avaient "le droit" de manifester dans cette province du sud-ouest où au moins trois personnes ont été tuées sur fond de tensions provoquées par une pénurie d’eau.

La population du Khouzestan a "le droit de parler, de s’exprimer, de protester et même de descendre dans la rue dans le cadre de la réglementation", a déclaré Hassan Rohani dans un discours retransmis à la télévision d’État.

Au moins trois morts

Le Khouzestan, qui abrite les principaux gisements de pétrole iraniens, est frappé depuis fin mars par une sécheresse à l’origine de manifestations dans plusieurs villes depuis la semaine dernière.

La déclaration de Hassan Rohani intervient après que des médias et des responsables iraniens ont annoncé au moins trois morts, parmi lesquels un policier et un manifestant, dans un contexte de tension dans plusieurs villes de la province depuis une semaine.


►►► À lire aussi : L’Iran confirme des discussions sur un échange de prisonniers avec Washington


"Il est possible qu’une personne malintentionnée puisse abuser de la situation, venir au milieu de tout cela et utiliser une arme à feu, tirer et tuer l’un de nos chers (concitoyens)", a affirmé Hassan Rohani, sans plus de précision.

Des responsables locaux avaient accusé des "opportunistes" et des "émeutiers" d’avoir tiré sur les manifestants et les forces de l’ordre.

Manifestations

Ces derniers jours, des médias émettant en persan depuis l’étranger ont fait état de manifestations réprimées par les forces de l’ordre, alors que les médias locaux se montraient dans un premier temps plutôt silencieux sur le sujet.

Des vidéos publiées par des médias à l’étranger et sur les réseaux sociaux, dont l’AFP n’a pas pu vérifier l’authenticité, montrent des centaines de personnes manifester, encadrées par la police antiémeute.

S’il y a un problème, je demande (au peuple du Khouzestan) de le résoudre en toute légalité

"S’il y a un problème, je demande (au peuple du Khouzestan) de le résoudre en toute légalité", a lancé Hassan Rohani.

Le Khouzestan abrite une importante minorité arabe. La population se plaint régulièrement d’être laissée pour compte par les autorités. La province avait été l’un des points chauds de la vague de contestation – violemment réprimée – contre le pouvoir en novembre 2019.


►►► À lire aussi : Droits de l’Homme : l’Iran dit viser "zéro" exécution de mineurs


Jeudi, l’amiral Ali Chamkhani, secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale, a affirmé sur Twitter que "les forces de sécurité avaient reçu l’ordre de libérer immédiatement les personnes détenues lors des récents incidents au Khouzestan, qui n’ont commis aucun acte criminel".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK