Manifestations contre le gouvernement à Cuba, les origines de la grogne

Le week-end dernier, des milliers de Cubains sont descendus dans la rue dans plusieurs villes du pays dont la capitale La Havane. "A bas la dictature !" et "Qu’ils s’en aillent !", criaient les manifestants devant les immeubles symboles du pouvoir comme les bureaux du parti communiste cubain (PCC).

Les rassemblements et les affrontements avec la police, qui a sorti les gazs lacrymogènes, ont été largement répercutés sur les réseaux sociaux. Les manifestations sont rares au pays du castrisme, la contestation prend rarement cette forme radicale. L’apparition récente de l’internet mobile en 2018 explique en partie la plus grande facilité de mobilisation des contestataires. Les services de 3G ont d’ailleurs été coupés pendant une partie de la journée de dimanche pour n’être rétablis qu’en soirée. Mais quelles sont les raisons de cette flambée de colère de la rue à Cuba ? Nous avons évoqué la question avec Frédéric Louault, Professeur en science politique à l'​Université Libre de Bruxelles.

Crise économique

4 images
Cuba connaît la pire crise économique depuis la fin de la guerre froide © Yamil Lage – AFP

L’une des premières raisons qui pousse les Cubains à manifester dans tout le pays est la situation économique et sanitaire que traverse le pays.

"Cette agitation est liée à plusieurs facteurs, surtout des facteurs d’ordre socio-économique et sanitaire. Cuba connaît sa pire crise économique depuis la chute du mur de Berlin. C’est en lien avec la crise sanitaire mais aussi en lien avec l’embargo économique renforcé à l’encontre de Cuba par l’ancien président américain Donald Trump et prolongé pour l’instant par Joe Biden. Donc des pressions économiques très fortes, des difficultés sanitaires aussi. Depuis quelques jours, Cuba, malgré le développement de vaccins cubains, est très fortement touché par la crise sanitaire. Les chiffres sont particulièrement durs ces derniers jours avec des milliers de contaminations et plusieurs dizaines de décès. Puis, il y a aussi des coupures énergétiques importantes qui touchent l’ensemble de l’île. Ce qui suscite une certaine colère. Enfin des difficultés d’approvisionnement, les Cubains ont faim, ils ont du mal à trouver de la nourriture. C’est un cocktail assez explosif."

Forte réaction

Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a réagi avec force aux premières manifestations ainsi qu’à celles qui se préparent pour l’avenir. Il a lancé un appel à la contre-manifestation.

C’est pourquoi, nous appelons également tous les révolutionnaires du pays, tous les communistes, à sortir dans la rue dans tous les endroits où ces provocations vont avoir lieu aujourd’hui, à partir de maintenant et pendant tous ces jours, et à les affronter avec détermination, avec fermeté et avec courage.

Une posture tout en fermeté qui, selon Frédéric Louault, a son explication dans le processus de passage du pouvoir cubain de l’ère castriste à l’ère post-castriste.


►►► A lire aussi : Quel avenir pour Cuba après la mort de Fidel Castro ?


"Le président Diaz-Canel est aussi dans une phase d’affirmation de sa légitimité en tant que président. Président de la république depuis 2018 mais président du parti communiste cubain depuis avril 2021. Il est en train d’accomplir la transition du castrisme vers le post-castrisme et il doit faire face à ce nouveau type de mobilisation dans un contexte qui est particulièrement difficile d’un point de vue économique et sanitaire."

Des opposants ont fait la demande auprès du gouvernement d’instaurer un "couloir humanitaire" avec l’extérieur de l’île pour permettre à l’aide d’atteindre la population. L’initiative a été écartée par le pouvoir en dénonçant une campagne cherchant à présenter une image de chaos total dans le pays. Néanmoins, le gouvernement a annoncé l’ouverture d’une adresse électronique permettant d’accélérer les dons de l’étranger. 

Manifestations à Miami

4 images
Manifestation contre le gouvernement cubain à Miami – Floride, le 11 juillet 2021 © Eva Marie Uzcategui – AFP

Des manifestations contre le pouvoir cubain ont aussi eu lieu à Miami, portées par la grande communauté de Cubains exilés depuis les années 1960. Elle rassemble nombre d’opposants au régime communiste cubain et s’est exprimée dans la rue pour demander la fin du régime communiste de Cuba. La communauté est importante et en majorité naturalisée. Elle est tout à fait en mesure de faire entendre sa voix. Frédéric Louault :

"C’est une communauté qui est importante en nombre mais aussi par son poids politique. Un poids pour faire pression sur Cuba depuis l’extérieur à travers le lobbying qu’ils réalisent auprès des autorités des Etats-Unis. On sait qu’ils sont des relais très importants au Congrès américain. Les exilés cubains de Miami et plus largement de Floride, ont un poids électoral très fort. La Floride avait été remportée en 2012 par Barack Obama. A la suite du rapprochement opéré par Obama avec le régime cubain entre 2012 et 2016, le parti démocrate a perdu la Floride et ne l’a pas regagnée en 2020. Beaucoup d’analystes considèrent que cette défaite en Floride est très fortement liée au rapprochement avec Cuba. C’est aussi un élément qui laisse présager une ligne assez stricte du président Joe Biden qui ne veut pas partir sur la même ligne que l’ancien président démocrate Barack Obama."

Position américaine

Le message semble parfaitement entendu à Washington qui a immédiatement mis en garde Cuba contre tout usage de la violence à l’encontre des milliers de manifestants de ces derniers jours. Jake Sullivan, le conseiller américain à la sécurité nationale a d’ailleurs twitté :

Les Etats-unis soutiennent la liberté d’expression et d’assemblée à Cuba, et condamneraient fermement tout acte de violence ou qui viserait à prendre pour cible les manifestants pacifiques qui exercent leurs droits universels.

La pression sur le gouvernement cubain ne va donc aller qu’en s’accroissant. La pandémie est loin d’être jugulée et les difficultés économiques des Cubains ne vont aller qu’en s’aggravant. Ces manifestations ont tout des émeutes de la faim qui peuvent pousser le peuple vers toutes les aventures.

Sur le même sujet...

JT du 12/07/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK