Manifestation pour la Tabargne, cette région fictive qui ferait sécession de la Catalogne par fidèlité à l'Espagne

Manifestation pour revendiquer la création de "Tabarnia", une région fictive de la Catalogne fidèle à l'Espagne, le 4 mars 2018 à Barcelone
Manifestation pour revendiquer la création de "Tabarnia", une région fictive de la Catalogne fidèle à l'Espagne, le 4 mars 2018 à Barcelone - © Josep LAGO

Des milliers de Catalans farouchement opposés au processus indépendantiste ont manifesté, dimanche à Barcelone, pour revendiquer la création de "Tabarnia", une région fictive imaginée pour combattre les arguments de l'indépendantisme.

Près de 15.000 personnes, selon la police municipale, 175.000 à 200.000 selon les organisateurs, ont participé à cette manifestation de revendication d'une nouvelle région située dans les zones les moins indépendantistes de Catalogne.

Dans une marée de drapeaux espagnols et de bannières de la région fictive, les manifestants ont défilé dans le centre de Barcelone jusqu'au siège du gouvernement de la Catalogne, où les indépendantistes ont la majorité absolue en sièges au parlement.

"Nous sommes ici parce que nous en avons marre, marre du processus indépendantiste et qu'une minorité nous conduise au précipice", disait Mari Carmen Guerrero, agent administratif de 33 ans, drapeau de "Tabarnia" autour du cou.

Cette initiative s'était popularisée peu après les élections régionales du 21 décembre remportées par les indépendantistes (47,5% des voix). Elle avait été saluée par les partis politiques anti-indépendantistes, comme la formation libérale Ciudadanos - qui avait recueilli le plus grand nombre de votes dans la région - ou le Parti populaire (PP) du chef du gouvernement conservateur espagnol Mariano Rajoy.

L'ironie comme arme

Ses idéologues détournent l'argumentaire des partis indépendantistes, en prétendant réclamer la séparation des aires métropolitaines de Tarragone et Barcelone, où une minorité d'électeurs votent pour la sécession.

En janvier, ils avaient investi le dramaturge et satiriste catalan Albert Boadella comme "président en exil de Tarbania": une référence ironique à l'ancien président catalan Carles Puigdemont, poursuivi pour "rébellion" et "sédition" en Espagne, qui voulait gouverner la région depuis la Belgique.

Albert Boadella, proche de fondateurs de Ciudadanos, n'était pas présent à la manifestation. Mais des participants portaient des masques à son effigie et criaient "Puigdemont en prison" ou "Vive la Tabarnia libre".

"C'est une blague pour que les indépendantistes se rendent compte que leur argumentaire est ridicule et tout le processus absurde", a dit à l'AFP José Luis Cortés, un ancien agent commercial de 72 ans. "Mais s'ils vont de l'avant, peut-être que ça cessera d'être une blague, disait ce manifestant, car "s'ils veulent quitter l'Espagne et l'Europe, qu'ils le fassent, mais nous, nous resterons".

Les promoteurs de Tabarnia - qui ont imaginé un drapeau, un hymne, des armoiries et même une monnaie - affirment qu'ils pourraient même chercher sa reconnaissance légale comme région séparée de Catalogne.

 

Et si la Tabargne faisait sécession de la Catalogne? Le fake qui ne fait pas rire les indépendantistes...

C'est El Pais qui pose la question en ces termes "Què es Tabarnia"? (C'est quoi, la Tabargne?) "Tabarnia" est en effet devenu l'un des termes les plus recherchés dans les réseaux sociaux et Google dans les dernières 24 heures, explique le journal de...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK