Manifestation contre l'assignation à résidence d'un ancien chef de la police sous la dictature argentine

Manifestation devant le domicile de Miguel Etchecolatz, un ex-chef de la police sous la dictature argentine (1976-1983), pour protester contre la décision de la justice de l'autoriser à purger chez lui sa condamnation à la prison à perpétuité, le 6 janvier 2018 à Mar del Plata
2 images
Manifestation devant le domicile de Miguel Etchecolatz, un ex-chef de la police sous la dictature argentine (1976-1983), pour protester contre la décision de la justice de l'autoriser à purger chez lui sa condamnation à la prison à perpétuité, le 6 janvier 2018 à Mar del Plata - © ALFONSINA TAIN

Des centaines de personnes ont manifesté samedi devant le domicile de Miguel Etchecolatz, un ancien chef de la police sous la dictature argentine (1976-1983), pour protester contre la décision de la justice de l'autoriser à purger chez lui sa condamnation à la prison à perpétuité.

Les manifestants ont brûlé une image le représentant et lancé des fusées rouges pour représenter le sang versé par les victimes de la dictature, durant laquelle 30.000 personnes ont disparu selon les organisations humanitaires.

Un Tribunal fédéral lui avait accordé le 27 décembre le droit de purger sa peine à son domicile en raison de son âge avancé, 88 ans, et de problèmes de santé. Dans leur requête, ses avocats avaient souligné que leur client était "la personne la plus âgée dans un établissement pénitentiaire fédéral", et qu'"avec ses 88 ans et ses diverses maladies il répondait aux critères prévus par la loi" pour être assigné à résidence.

En 1986 d'abord, puis entre 2004 et 2016, Miguel Etchecolatz a été condamné à cinq reprises, des peines que la justice de l'Etat de La Plata (sud) a transformé en réclusion à perpétuité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK