Mandat d'arrêt: Carles Puigdemont s'est rendu de lui-même à la police belge, avec ses ex-ministres

Le président destitué de Catalogne Carles Puigdemont à Bruxelles le 31 octobre 2017
Le président destitué de Catalogne Carles Puigdemont à Bruxelles le 31 octobre 2017 - © Aurore Belot

Le président démis de la Catalogne Carles Puigdemont et les quatre autres ministres recherchés par l'Espagne se sont présentés dimanche matin à la police judiciaire fédérale de Bruxelles et ont été privés de liberté à 09h17, a indiqué dimanche après-midi le parquet de Bruxelles.

Le parquet va requérir un juge d'instruction qui entendra les cinq personnes dans le courant de l'après-midi.

Ils seront auditionnés par un juge d'instruction belge "dans le courant de l'après-midi", a annoncé Gilles Dejemeppe, porte-parole du parquet de Bruxelles.

La décision du juge d'instruction, qui doit décider sous 24 heures de les placer en détention ou de les libérer, sous conditions ou caution, devrait intervenir dans la soirée, a-t-il avancé. 

"Nous avions des contacts réguliers avec les avocats des cinq personnes et il avait été convenu un rendez-vous au commissariat" de la police fédérale, a explique M. Dejemeppe.

"Ils ont honoré ce rendez-vous", a-t-il ajouté.

Les cinq personnes visées par les mandats d'arrêts émis par l'Espagne pour sédition, rébellion et détournement de fonds, se trouvaient dimanche dans les locaux du parquet de Bruxelles.

Ils ont été officiellement notifié de ces mandats, qu'ils ont pu consulter avec leurs avocats.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK