Mali: un pas de plus vers une intervention militaire internationale

Des combattants du groupe Ansar Dine
Des combattants du groupe Ansar Dine - © ROMARIC OLLO HIEN (AFP)

L'intervention viserait le nord du Mali occupé par des groupes islamistes armés. Dimanche, les chefs d'Etat de la Cédéao, la communauté économique des 16 États de l'Afrique de l'Ouest se sont mis d'accord sur un accord-cadre.

Il faudra encore le feu vert de l'Onu pour déployer une force africaine de 3300 hommes aux côtés de l'armée malienne  et tenter de rétablir la souveraineté territoriale du Mali.

Selon le schéma adopté dimanche à Abuja, au Nigéria, les 3300 soldats viendront des  États membres de la Cédéao. Ils appuieront  5000 soldats maliens mais il est question aussi d'y adjoindre des forces hors Cédéao, des soldats tchadiens, mauritaniens voire sud -africains.

Quant à la France, à cause des 6 otages détenus dans la région et de son statut d'ancienne tutelle coloniale sur le Mali, elle n'engagera pas d'hommes au sol. Avec Paris, Berlin plaidera aussi cette semaine auprès de ses partenaires européens pour la mise sur pied d'un corps de 200  militaires, officiellement chargés de former l'armée malienne très fragilisée et divisée après le putsch du 22 mars.

Reste qu'un autre pays concerné par ce confit, l'Algérie, ne veut pas d'une intervention  occidentale à la frontière et qu'une partie des Maliens est réticente. Pour plusieurs raisons et parce qu'une guerre ne réglera pas les revendications des Touaregs et notamment, qu'elle aura un coût humanitaire dans une zone déjà sinistrée sur le plan alimentaire et économique.

Et tandis que la Cédéao prépare une intervention militaire, elle continue à essayer de négocier avec les islamistes qui font régner la terreur dans la moitié nord du Mali. Un  premier résultat est tombé la semaine dernière: un des trois groupes islamiste armé, le groupe Ansar Dine, dirigé par un ancien leader touareg,  a affirmé se dissocier du terrorisme et de l'extrémisme.

Françoise Nice

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK