Mali: "Nous sommes en train de gagner cette bataille", estime F. Hollande

"Nous sommes en train de gagner cette bataille", a déclaré le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse à l'Elysée. "Quand je dis nous, c'est l'armée malienne, ce sont les Africains soutenus par les Français".

Le chef de l'Etat a confirmé "la reconquête des principales villes" du nord du Mali, citant Gao et Tombouctou, qui étaient aux mains de groupes islamistes armés depuis plusieurs mois.

"La France n'a pas vocation à rester au Mali. En revanche, notre devoir c'est de faire en sorte que nous puissions permettre aux forces africaines de donner au Mali une stabilité durable", a-t-il ajouté lors de ce point presse aux côtés du Premier ministre polonais Donald Tusk.

Le ministère français de la Défense a cependant nuancé les informations selon lesquelles Tombouctou serait désormais totalement sous contrôle, évoquant une reprise de la ville seulement "entamée" par les armées française et malienne.

Devant la presse, le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Thierry Burkhard, a décrit "des unités françaises qui ont entamé avec les unités maliennes le contrôle de la ville de Tombouctou".

Il a confirmé par ailleurs la reprise aux islamistes de la ville de Gao, où sont stationnées "des unités maliennes, nigériennes et tchadiennes, qui contrôlent la ville".

25 morts parmi les islamistes à Gao 

 

Les combats à Gao, la plus grande ville du nord du Mali, ont fait 25 morts ce week-end dans les rangs islamistes, a indiqué lundi soir le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Thierry Burkhard lors d'un point-presse.

Au cours des combats à Gao, ville située à 1200 au nord-est de Bamako, les forces spéciales françaises ont connu des "accrochages brefs mais intenses avec des terroristes" en prenant le contrôle du pont sur le Niger au sud de la ville, a-t-il expliqué.

"Quinze terroristes ont été neutralisés", a précisé le porte-parole. Un peu plus tard, au nord de la ville dans la nuit de samedi à dimanche, "deux pick-up ont été détruits et dix terroristes neutralisés".

M. Burkhard a décrit la "limite avant" (vers le nord, ndlr) du dispositif militaire français avec "des unités françaises qui ont entamé avec les unités maliennes le contrôle de la ville de Tombouctou", accompagnés d'"autorités" civiles de la ville.

Un colonel de l'armée malienne, sous couvert d'anonymat, avait annoncé dans l'après-midi à l'AFP au Mali que les armées malienne et française contrôlaient désormais la ville. L'information avait été confirmée depuis Bamako par le maire de Tombouctou, Halley Ousmane, qui avait déclaré que sa ville venait "de tomber au mains des Français et des Maliens".

Selon le porte-parole, "3500 soldats français sont déployés sur le sol malien et la montée en puissance du dispositif se poursuit". Il a ajouté que 1900 soldats africains sont également présents.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK