Mali: la rébellion semble divisée, la junte est mise sous embargo

Si le principal mouvement de la rébellion historique des Touaregs, le MLNA, affirme avoir conquis le nord du Mali et toutes ses villes, plusieurs sources affirment qu'il ne l'a pas fait tout seul mais par une alliance de circonstance avec des groupements islamistes, dont al Qaïda Maghreb. Et ce mardi matin, plusieurs sources affirment que ces groupes ont même chassé le mouvement touareg MLNA de la ville de Tombouctou qu'ils avaient conquise ensemble. Quant à la ville de Gao, sa conquête par la rébellion a provoqué la désolation, selon ce parlementaire local Abdou Sidibé, interviewé par France Inter: "Gao est dans une désolation complète, tout est cassé à Gao, les hôpitaux, les maternités, les centres de santé. Les médecins se sont enfuis et se cachent et les stocks alimentaires, les stocks alimentaires sont détruits et pillés. Donc il y a vraiment urgence à intervenir pour sauver des vies humaines. (…) Il faudra nécessairement que des équipes soient envoyées à Gao pour secourir les blessés, pour secourir les malades, pour apporter l'espoir à ceux qui se sentent abandonnés par l'opinion nationale et par l'opinion internationale."

Quoiqu'il en soit, la junte militaire qui avait pris le pouvoir pour dénoncer l'impuissance du gouvernement face à la rébellion dans le nord du pays est mal prise, d'autant plus qu'elle est mise maintenant sous embargo total par ses voisins africains, réunis lundi en sommet au Sénégal avec aussi des représentants de l'ONU, la France et les Etats-Unis.

Ils affirment refuser toute partition du Mali et mettre en attente une force d'intervention éventuelle. Reste à voir précisément comment et contre qui. 

Marc Molitor

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK