Mali: la junte "d'accord" avec un retour à l'ordre constitutionnel

"Sur les grands principes qui nous ont été demandés, nous disons que nous sommes d'accord. Il faut une vie constitutionnelle régulière et normale, et maintenant les modalités pour arriver à ça, c'est ça que nous allons discuter (...) ", a déclaré le directeur de cabinet du chef de la junte. Pour la première fois, des membres du Conseil national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE, junte) ont rencontré M. Compaoré, nommé médiateur dans la crise malienne par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest.

"Nous avons eu des échanges fructueux, constructifs avec les autorités. Le président (Blaise Compaoré) nous a rassurés sur sa disponibilité à vouloir aller vers une solution constructive qui permet à un retour à un ordre constitutionnel dans un délai assez rapide", a ajouté l'officier putschiste. "Nous repartons confiants d'ici et nous espérons dans un délai relativement rapide arriver à un consensus qui nous permettra de remettre les institutions de l'Etat dans un état acceptable pour tout le monde", a-t-il ajouté, soulignant que la junte "n'est pas là pour confisquer le pouvoir". La Cédéao a menacé jeudi le Mali d'"un embargo diplomatique et financier" en l'absence de retour à l'ordre constitutionnel "dans un délai maximum de 72 heures", soit lundi "au plus tard".

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK