Mali: l'ONU donne son feu vert au déploiement d'une force internationale

Des rebelles près de la ville de Tombouctou
Des rebelles près de la ville de Tombouctou - © ROMARIC OLLO HIEN - Belga/AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté jeudi à l'unanimité une résolution autorisant, "pour une période initiale d'un an", le déploiement d'une force internationale au Mali pour reprendre le contrôle sur le nord du pays.

Le vote du Conseil de sécurité donne le feu vert à la constitution de la MISMA, la mission internationale de soutien au Mali. Une force internationale de 3300 soldats qui aidera les autorités de Bamako à reprendre le contrôle sur le nord du pays. C'est donc un pas en avant pour remédier à la crise dans laquelle s'enfonce le Mali depuis 8 mois, depuis que plusieurs groupes islamistes armés dont Al Qaida au Magrheb islamique se sont emparés de la moitié nord du pays. La résolution confie à l'Union africaine la tutelle sur cette future force internationale. Pour une durée d'un an, elle devra aider à la reconstitution de l'armée malienne, puis la soutenir dans les combats de reconquête du nord.

Pas de calendrier précis

La résolution ne sera pas opérationnelle avant octobore 2013, mais ce volet militaire est lié à un volet politique : le Conseil supérieur demande à l'actuel gouvernenement de transition malien d'organiser des élections d'ici avril 2013 au plus tôt. Il demande aussi aux autorités de Bamako de préciser les conditions du dialogue avec les groupes extrémistes qui occupent le nord du Mali, les groupes islamistes armés mais aussi les rebelles touaregs.

Que retenir de cette résolution 2085 ? Qu'elle autorise la participation de l'Union européenne au côté des Africains. Qu'elle est aussi un compromis pas très clair entre les Etats -unis réticents à une intervention au Mali et la France plus pressée. Et la résolution ne précise pas le financement de cette force. C'est donc un progrès, mais sur papier uniquement.

Par ailleurs, hasard ou pas, un ingénieur français a été enlevé jeudi au Nigéria par une trentaine d'hommes armés, à la frontière avec le Niger. La France a donc désormais neuf ressortissants détenus en otage dans le Sahel. Sur la radio Europe 1, François Hollande a déclaré "ne pas pouvoir accepter qu'il y ait des menaces permanentes sur les ressortissants français." Cette nouvelle prise d'otage est intervenue quelques heures avant le vote de la résolution par le Conseil de sécurité, texte qui "change tout", selon le président français.


RTBF

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première