Mali: création d'un front anti-putsch et d'un mouvement de soutien

Trente-huit partis politiques et une vingtaine d'associations ont formé un "Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FUDR), lors d'une réunion publique à la bourse du travail de Bamako, à laquelle assistaient plusieurs centaines de personnes.

"Notre objectif est clair, c'est d'obtenir le départ de la junte. Ce coup d'Etat est anticonstitutionnel et nous n'allons pas l'accepter", a déclaré à l'AFP Soumaïla Cissé, candidat de l'Union pour la République et la démocratie (URD) - l'un des principaux partis politiques maliens - à la présidentielle qui était prévue le 29 avril.

"Capitaine Sanogo, dégage! ", "Non au coup d'Etat! ", scandaient des militants en ciblant le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo.

L'Alliance pour la démocratie au Mali (l'Adéma) et le Rassemblement pour le Mali (RPM), qui comptent parmi les principales formations politiques du pays, font également partie du "front".

Cette coalition a indiqué qu'elle allait envoyer "rapidement" une délégation pour rencontrer le chef de la junte afin d'organiser les conditions de son départ et proposer un schéma de sortie de crise.

Belga
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK