Mali: 22 civils et militaires interpellés, découverte d'armes

"Un certain nombre de personnalités civiles et militaires ont été interpellées" en 48 heures, "ces interpellations font suite à des enquêtes qui ont été menées par nos différentes structures depuis quelques jours", a déclaré le colonel Diamou Keïta, directeur général de la gendarmerie malienne, à la télévision publique ORTM.

"Il s'agit de 22 personnes", comprenant "onze personnalités civiles, dont un banquier (...) et onze personnalités militaires", a ajouté le colonel Keïta, sans les nommer et sans donner d'indication sur les conditions de leur détention.

"Des investigations menées dans certains domiciles, il est apparu que des caisses d'armes neuves ont été découvertes. Ces armes - je tiens à le préciser - ne font pas partie de la dotation de l'armée régulière. (...) Nous faisons face à une nouvelle menace, cette infiltration aujourd'hui d'armes de guerre dans notre pays", a affirmé le colonel Diamou Keïta.

La télévision a montré des fusils d'assaut avec leurs chargeurs, à côté ou sortant de leur emballage.

Selon des sources concordantes, toutes les personnes appréhendées ont été conduites au camp militaire de Kati, près de Bamako, quartier général des officiers ayant renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré (ATT) avant de s'engager le 6 avril à rétablir l'ordre constitutionnel, avec la désignation d'un président et d'un Premier ministre civils de transition.

La plupart des personnes interpellées ont été ou sont considérées comme des roches d'ATT. Parmi elles, figurent l'ex-Premier ministre Modibo Sidibé, l'ex-ministre Soumaïla Cissé, par ailleurs ancien dirigeant de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa), et des responsables de partis politiques dont Kassoum Tapo et Tièman Coulibaly.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK