Macron 2019: l'année de tous les dangers

Macron 2019: l'année de tous les dangers
Macron 2019: l'année de tous les dangers - © MICHEL EULER - AFP

2018 allait relativement bien pour Emmanuel Macron jusqu'à la victoire de l'équipe de France. Puis sont venues les affaires Benalla... Au pluriel... Les démissions de plusieurs de ses ministres, le mouvement des gilets jaunes. Emmanuel Macron a vécu une fin d'année 2018 pour la moins difficile. Comment donc aborder 2019 ? Lors de ses vœux aux Français du 31 décembre, Emmanuel Macron a réaffirmé son intention de poursuivre les réformes. Va-t-il pouvoir réformer ?

Les trois réformes principales attendues cette année sont particulièrement sensibles : la réforme du système de retraite prévue initialement pour le mois de mai elle est repoussée après l'été. Il n'y a pas de calendrier précis mais elle verra le jour après les élections européennes. 

Nombre de gouvernements se sont cassés les dents sur cette réforme des retraites en France. Comme sous Nicolas Sarkozy notamment, il n'y a même pas dix ans. Cette réforme est tellement risquée que certains dans la majorité murmurent qu’elle n’aura tout simplement pas lieu.

Ensuite, la réforme de la fonction publique. L’objectif est de supprimer 160.000 postes de fonctionnaires et dans le contexte des gilets jaunes : cela paraît très compliqué à faire accepter.

Enfin, la réforme de l’assurance chômage. Là il est question de durcir les conditions d’obtention des indemnités. Cela risque d’être perçu, une fois de plus, comme une mesure du président des riches qui s’attaque "au peuple" tout en protégeant l’élite.

Outre l’opinion publique et le risque de manifestations, ce qui est déjà conséquent, la seule satisfaction d’Emmanuel Macron est de jouir finalement d’une majorité solide à l’Assemblée nationale. Il n’a pas, comme François Hollande en son temps, un groupe de frondeurs au sein de son parti.

Renouer le dialogue avec les Français

Renouer le dialogue avec la population, c'est l'enjeu de la grande concertation nationale qui va être lancée. Il l'a promise aux gilets jaunes il y un mois pour sortir de la crise en tenant compte de leurs aspirations.

Pendant ses vœux du 31 décembre, Emmanuel Macron a précisé qu'il s'adresserait aux Français avec une lettre. Lettre diffusée dans la presse et sur les réseaux sociaux dans une dizaine de jours. Si l'Élysée a communiqué sur les modalités de cette lettre, l'objectif est de garder le contenu secret le plus longtemps possible.

Cette grande concertation est donc assez floue, pour le moment. Ce que nous savons c'est que le ce débat se penchera sur quatre grands thèmes : la transition écologique, la fiscalité, l'organisation de l’État ainsi que la démocratie et la citoyenneté, avec la question de l’immigration.

Emmanuel Macron devrait rencontrer les maires dans les treize régions françaises courant janvier. Ce sont eux, selon lui, qui sont à même de faire remonter aux mieux les attentes des Français.

Des élections européennes à risque

Enfin, l'année d'Emmanuel Macron sera marquée par un scrutin, celui des européennes. Et il est loin d'être gagné...

C'est le parti d'extrême droite de Marine Le Pen, le Rassemblement national, qui est aujourd'hui en tête dans les sondages.

Mais ces élections européennes sont peut-être la chose "la moins pire" qui puisse arriver à Emmanuel Macron cette année. Il pourrait se servir de ce scrutin pour remobiliser son électorat. Se positionner comme le rempart face aux extrêmes, gauche ou droite, qui se sont beaucoup fait entendre ces dernières semaines grâce au mouvement des gilets jaunes.

D'autant qu'un des axes fort du programme du candidat Macron à la présidentielle était justement l'Europe...

Emmanuel Macron que le magazine Time affichait en Une en novembre 2017, titrant : "Le futur leader de l'Europe". Mais ce titre avait une petite astérisque, qui prend tout son sens aujourd'hui, où il était écrit : "si seulement il arrive à diriger la France".
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK