Macédoine: 5 policiers tués par un groupe armé "venu d'un pays voisin"

Une famille est évacuée par un véhicule blindé de l'armée, le 9 mai 2015 à Kumanovo, en Macédoine, à la frontière avec le Kosovo
Une famille est évacuée par un véhicule blindé de l'armée, le 9 mai 2015 à Kumanovo, en Macédoine, à la frontière avec le Kosovo - © ROBERT ATANASOVSKI

En Macédoine, de violents affrontements ont opposé samedi des policiers et un groupe "terroriste" dans la ville à majorité albanaise de Kumanovo, dans le nord du pays. Cinq policiers macédoniens ont été tués et une trentaine blessés face à ce "groupe armé venu d'un pays voisin", qui compte aussi dans ses rangs un nombre indéterminé de victimes, a-t-on annoncé de source officielle.

Explosions, échanges de tirs... La ville macédonienne de Kumanovo était samedi en état de siège; les habitants se terraient dans leur maison. La police recherche un groupe armé venu, selon elle, "d’un pays étranger dans le but de perpétrer une attaque terroriste".

Si les autorités n’ont pas précisé de quel pays il s’agissait, la presse a tout de suite désigné le Kosovo, dont la majorité de la population est albanaise. Il y a quelques semaines en effet, un poste de police à la frontière avait été attaqué par un groupe se revendiquant d’une mystérieuse Armée de libération nationale albanaise.

Réclamer la démission du gouvernement

Depuis plusieurs mois, la Macédoine est au bord du gouffre. L’opposition accuse le pouvoir de corruption et d’avoir mis sur écoute des milliers de personnes, dont des politiciens et des journalistes. Mardi, une manifestation a eu lieu à Skopje, après des révélations sur le meurtre par la police d’un étudiant en 2011. Depuis, des rassemblements sont organisés tous les jours dans le pays pour dénoncer les violences policières et réclamer la démission du gouvernement.
Les affrontements de ce samedi ont fait cinq morts parmi les policiers.

Une vingtaine de terroristes présumés ont été arrêtés. Mais, aux yeux de l’opinion publique, cette opération apparaît de plus en plus comme un leurre destiné à créer un conflit interethnique, afin de détourner l’attention des turpitudes du régime.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK