Attaque terroriste à Londres: 21 blessés dans un état critique, 7 morts dont un Français et un Canadien

La police a arrêté 12 personnes à Barking, quartier de l'est de Londres, en relation avec l'attentat de la veille sur le London Bridge qui a fait 7 morts, indique un communiqué. 21 blessés sont dans un état critique.

Trois assaillants dans une camionnette ont foncé dans la foule sur le London Bridge puis ont poignardé des passants, avant d'être abattus par la police. La police a rapidement indiqué qu'elle traitait cette attaque comme un "acte de terrorisme".

Voici ce que l'on sait de cette attaque. Elle intervient douze jours après un attentat suicide à Manchester, qui a fait 22 morts et plus de 100 blessés, et cinq jours avant des élections législatives au Royaume-Uni. Il s'agit, par ailleurs, du troisième attentat en Grande-Bretagne en moins de trois mois.

Que s'est-il passé ?

Les policiers ont été appelés à 22h08 locales (23h08 heure belge) suite à des témoignages faisant état d'une camionnette fonçant contre la foule sur le pont de London Bridge. Très vite, d'autres témoignages ont fait état d'attaques au couteau dans le quartier voisin, très à la mode, de Borough Market, sur la rive sud de la Tamise.

La camionnette blanche a fini sa course dans la clôture entourant la cathédrale de Southwark. Les assaillants, armés de couteau, se sont alors précipités dans des bars proches, bondés le samedi soir. Huit policiers ont tiré au total une cinquantaine de balles pour neutraliser les trois assaillants.

>>> A lire: "Cela ne semblait pas réel. Honnêtement, j'avais très peur" [Témoignages]

Qui sont les auteurs?

La police armée est intervenue moins de dix minutes après le premier appel d'urgence et a tué les trois suspects, a indiqué un porte-parole de la police. "Les suspects portaient ce qui ressemblait à des vestes explosives, qui se sont révélées fausses", a-t-il précisé. La police estime qu'elles étaient portées dans le seul but de provoquer la panique. Pour le moment, elle refuse de divulguer des informations sur l'identité des suspects.

C'est la même idéologie, a dit la première ministre Theresa May, qui a cité le terrorisme islamique, mais il n'y aurait aucun lien avec les attentats de Manchester.

Plus témoins ont rapporté avoir entendu les agresseur crier "C'est pour Allah".

Combien de victimes ?

Sept personnes ont été tuées, selon la police. . Au moins 48 blessés ont en outre été hospitalisés dans cinq établissements différents, ont annoncé les services ambulanciers, qui ont soigné des blessés plus légers sur place. Les services de santé ont par ailleurs ajouté que 21 blessés étaient dans un état critique.

Un témoin a parlé de "cinq ou six" personnes renversées sur le pont, dont une femme projetée en l'air sous la force de l'impact. D'autres témoins ont évoqué de nombreuses personnes attaquées au couteau à Borough Market.

On ignore encore l'identité des victimes. On sait qu'un Canadien a été tué. Un Français figure aussi parmi les victimes décédées, selon le ministre français des Affaires étrangères. Il n'y a pour le moment pas eu d'indication au sujet de Belges parmi les victimes, a annoncé Didier Reynders.

Où l'attaque a eu lieu ?

Le London Bridge est un des axes principaux desservant le quartier des affaires de Londres, la City.

Borough Market, situé dans le prolongement du pont, sur la rive sud de la Tamise, est connu pour son marché alimentaire. C'est un lieu couru de la vie nocturne londonienne et ses cafés, bars et restaurants sont souvent remplis le samedi soir.

Non loin se trouve la gare de London Bridge et le gratte-ciel The Shard, le plus haut de Grande-Bretagne.

Quelles réactions?

La Première ministre britannique Theresa May s'est exprimée à ce sujet: "Les récentes attaques ne sont pas connectées entre-elles mais elles sont liées par la même idéologie malfaisante de l'islamisme radical". "C'est assez!", a-t-elle ajouté, soulignant le fait que "les choses doivent changer". Elle a par ailleurs assuré que les élections législatives auraient bien lieu jeudi 8 juin.

De nombreux dirigeants internationaux ont condamné l'attentat, de l'Américain Donald Trump au Russe Vladimir Poutine en passant par l'Allemande Angela Merkel, le Français Emmanuel Macron et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Se moquant des critiques de Donald Trump au maire de Londres, les Anglais tentent en tout cas de conserver leur calme, leur humour, et continuent à sortir dans les rues, a-t-on pu constater dès dimanche après-midi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK