Londres : les maisons iceberg, creusées pour gagner de l'espace

Si vous habitez en ville, vous le savez mieux que quiconque : il est difficile de gagner de l'espace en agrandissant sa maison, quand elle est mitoyenne. A Londres, les plus riches propriétaires ont trouvé la solution: ils agrandissent leur propriété par le bas, en aménageant plusieurs étages sous le rez-de-chaussée. 

En surface, dans un quartier chic de Londres, les rangées de maisons de briques se succèdent. Rien de très original. Il faut rentrer dans l'une de ces maisons pour comprendre leur particularité. Ségolène Chambon, agente immobilière, annonce : "Je vais vous faire visiter une maison qui ne paraît pas exceptionnelle: petite, étroite mais ça va être la surprise !" Une volée d'escaliers plus bas, on découvre un luxueux espace de vie qui s'étend sur plusieurs étages sous la maison. "Voilà cet espace extraordinaire, montre fièrement Ségolène Chambon, c'est un basement avec 3m50 sous plafond, qui permet d'avoir une salle de jeux, une salle de fêtes."

Ces espaces sont cachés, invisibles depuis l'extérieur. On appelle d'ailleurs ces logements des "maisons iceberg". Et pour ceux qui en ont les moyens, c'est un excellent investissement. "A Londres, la construction coûte 5.000 euros/m², or, à la revente: ça donne 10.000€/m²." Il faut donc tout de même compter 500.000 euros pour gagner 100m². 

Les travaux, par contre, sont compliqués. Plusieurs maisons se sont déjà écroulées, les fondations étaient devenues instables. Pour pouvoir creuser, il faut un permis, mais aucune inspection n'est prévue, une fois les travaux finis. Pour les architectes, c'est un énorme défi. "C'est très compliqué, explique l'architecte Emilie Mauran, c'est très stressant. Il faut creuser à la main, à la pelle. Il y a des personnes qui sont seules dans un trou d'1m20 sur 1m20. Dans certaines maisons, on peut tomber sur une nappe phréatique. Il faut alors pomper l'eau..." Et il n'est pas rare que des voisins saisissent la justice pour nuisances sonores ou dégradation d'un bâtiment classé.

 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK