Loin des catastrophes, Obama amuse la presse

Obama fait rire un public déconnecté de la réalité
Obama fait rire un public déconnecté de la réalité - © YURI GRIPAS - BELGAIMAGE

Comme chaque année, le président américain a tenu un discours au traditionnel repas de l’association des correspondants de la Maison Blanche. Loin des troubles de Baltimore et du séisme au Népal, le président a amusé la galerie en se moquant d’Hillary Clinton et du climat.

Samedi 25 avril 2015, lors du traditionnel dîner annuel de l’Association des correspondants de la Maison-Blanche à Washington, le président Barack Obama a amusé les invités lors d’un discours dans lequel il n'a épargné personne grâce à son "anger translator" (traducteur en colère) qui disait tout haut ce que le président pensait tout bas. Il annonce la couleur dès le départ avec un très franc " attention à vos petits culs de blancs ".

 

Il s’attaque ensuite à la presse avec un humour décapant en remerciant CNN pour le traitement journalistique d'Ebola : " Oh ! CNN, merci beaucoup pour l’excellente couverture du virus Ebola. Pendant deux longues semaines on était à un doigt d’être dans Walking Dead ". Le traducteur en colère enchaîne en hurlant "vous n’avez pas Ebola !" Il s’attaque bien entendu aux républicains puis se moque de la sécheresse en Californie et ironise sur climat.

Barack Obama s'est lâché et en a profité pour se moquer de la démocrate Hillary Clinton, la candidate désignée à sa succession. Son traducteur Luther l'a comparée à Khaleesi de la série télévisée Game of Thrones face à une salle hilare qui en demandait encore !

Alors qu’un séisme dévastateur frappait le Népal, que les troubles faisaient rages à Baltimore, la presse a choisi de couvrir ce dîner très people. Mais sur Twitter, les internautes n'ont pas manqué de souligner une fois de plus la déconnexion des élites avec la rue. Selon le journal Le Monde, à 70 kilomètres du dîner de gala, des scènes de pillage et d'affrontement ont eu lieu avec des policiers en tenue de combat.

RTBF avec Spion

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK