Livraisons de gaz russe à l'Ukraine: l'UE reprend les consultations

le géant Gazier Gazprom se laissera-t-il convaincre par l'UE de fournir à nouveau l'Ukraine ?
le géant Gazier Gazprom se laissera-t-il convaincre par l'UE de fournir à nouveau l'Ukraine ? - © ERIC PIERMONT - AFP

La Commission européenne va reprendre la semaine prochaine les consultations pour pousser le géant gazier russe Gazprom et l'Ukraine à trouver un accord sur les livraisons de gaz pour l'hiver prochain, a annoncé jeudi le commissaire à l'Energie, Miguel Arias Canete.

Une rencontre entre le vice-président de la Commission chargé de l'Union de l'Energie, Maros Sefkovic, et le ministre ukrainien de l'Energie, Volodymyr Demtchichine, est prévue le 27 août à Vienne en marge d'une réunion internationale.

Rétablir les liens

Une autre rencontre bilatérale, cette fois avec le ministre russe Alexandre Novak, est envisagée "début septembre", avec l'ambition de réunir représentants russe et ukrainien "à la fin du mois de septembre" sous l'égide de l'UE, a indiqué M. Canete lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Les négociations "sont dans l'impasse" après l'échec d'une réunion ministérielle fin juin à Vienne, a rappelé le commissaire.

"Nous pensons qu'il est essentiel de trouver un accord" pour "sécuriser les prochaines livraisons de gaz à l'Ukraine", qui dispose actuellement de 13,4 milliards de mètres cubes de gaz en réserve, alors que ses besoins pour bien aborder l'hiver sont estimés à 19 milliards, a-t-il expliqué.

"Ainsi, nous nous assurons en même temps qu'il n'y a pas d'interruption des livraisons à l'Europe", alors que l'UE est très dépendante de la situation en Ukraine, pays par lequel transite un tiers des achats européens à Gazprom.

Des contreparties pour Gazprom

Par ailleurs, Gazprom, en tant que principal fournisseur de l'UE, pourra grâce à un accord "renforcer sa réputation de fournisseur de gaz fiable", a-t-il plaidé.

La Commission européenne a soumis aux parties un document de travail sur les questions à régler: "la nature et la durée de l'accord", "la formule de prix et de ristourne" accordée par Moscou, "les volumes d'achat minimaux" et "le financement des achats de gaz" par Kiev, a expliqué M. Canete.

La Commission organise également une nouvelle rencontre ministérielle, le 7 septembre à Bruxelles, dans un autre dossier hautement conflictuel entre Kiev et Moscou: la zone de libre échange UE-Ukraine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK