Libye: violée et torturée, une femme défie le régime pour témoigner

Iman El-Obeidy a pris d'énormes risques pour faire part de son témoignage
Iman El-Obeidy a pris d'énormes risques pour faire part de son témoignage - © EPA - Mohamed Messara

Une femme libyenne a réussi à entrer dans l’hôtel où loge la presse étrangère à Tripoli. Elle a appelé les journalistes à l’aide, affirmant avoir été violée et torturée par les troupes de Kadhafi. Elle a alors été brutalisée dans l'hôtel, devant les journalistes dont certains ont eux-mêmes été violentés.

"Regardez ce que les hommes de Kadhafi m’ont fait !". Iman al-Obeidy a mis sa vie en péril pour faire part de son témoignage à la presse internationale. Cette jeune femme libyenne a effectivement réussi à s’introduire dans l’hôtel Rixos, à Tripoli, où la presse internationale invitée par Moummar Kadhafi est confinée entre deux sorties organisées par les officiels du régime. La jeune femme y a appelé les journalistes à l’aide.

Elle a montré à la presse son visage tuméfié et ouvert son manteau, laissant apparaître une grande cicatrice qui marque le dessus de sa cuisse, plusieurs plaies fines et profondes qui strient le bas de sa jambe et des traces qui semblent avoir été laissées par des liens qui lui entravaient les mains et les pieds.

Selon David D. Kirkpatrick, journaliste au New York Times, suite à son intrusion, des journalistes ont essayé de la protéger, de l’interviewer, de la photographier… Mais plusieurs d’entre eux ont alors été frappés, ont reçu des coups de pied et ont été jeté par terre par des hommes portant l’uniforme du personnel de l’hôtel. Certains parmi ces derniers n’ont pas hésité à se saisir des couteaux de table à disposition dans la salle, alors qu’un membre de la sécurité dégainait son pistolet.

Ces intimidations n’ont pas pu empêcher complètement Iman al-Obeidy de faire part de son calvaire. "Je n’ai plus peur de rien. Je sais que je serai emprisonnée immédiatement après cela" lance-t-elle alors, d'après David D. Kirkpatrick

Un témoignage insoutenable

Son témoignage est poignant, insoutenable. La jeune femme dit avoir été torturée et violée à "plusieurs reprises" par les hommes de l’armée de Kadhafi.

Elle dit avoir été arrêtée à un check-point de Tripoli parce qu'elle était originaire de Benghazi, ville rebelle à l'est du pays, abritant le quartier général de l'opposition depuis un mois. "Ils m'ont ligoté les mains et ont abusé de moi durant deux jours", explique-t-elle. "Ils ont déféqué et uriné sur moi", poursuit-elle, en pleurs, selon le New York Times. Après deux jours, elle aurait réussi à s'échapper mais selon elle, ses amis sont toujours détenus dans l’endroit où elle a vécu ce calvaire.

"Filmez, filmez, montrez au monde tout ce qu'ils m'ont fait", a-t-elle lancé en direction des journalistes, au moment où les agents de sécurité tentaient de l'extirper vers l'extérieur.

Elle a ensuite été emmenée vers le parking de l'hôtel, avant d'être embarquée de force dans une voiture.

"C'est une folle"

Un membre des services de sécurité affirme qu'elle sera hospitalisée. "C'est une folle", dit-il. "Elle est ivre. Vous n'avez pas senti l'odeur de l'alcool ?", lance un de ses collègues.

La tension était palpable peu après au cours d'une conférence de presse. Le vice-ministre des Affaires étrangères y était venu dénoncer le "soutien" des forces de la coalition internationale aux rebelles, qui a permis samedi aux insurgés de reprendre le contrôle de la ville d'Ajdabiya. Mais les journalistes n'avaient qu'un seul sujet de préoccupation : quel sort sera réservé à la jeune femme?

Esquivant les questions sur ce "cas", il a affirmé qu'il n'avait pas d'assez éléments sur l'"incident",assurant que la femme allait être "traitée conformément à la loi".

"D'après les premiers éléments de l'enquête, la femme était ivre", a lancé peu après Moussa Ibrahim, un porte-parole du régime.

"Elle a été emmenée dans un hôpital pour s'assurer de ses capacités mentales", a-t-il ajouté sous le regard stupéfait des journalistes. "Soyez professionnels. Pourquoi s'intéresser au seul cas de cette femme?", a déploré le porte-parole, visiblement gêné.

Julien Vlassenbroek avec The New York Times et AFP

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK
JT 13h
en direct

La Une

JT 13h